mercredi 5 octobre 2011

Les boites à trésors

(Antonin a 9 mois)

Des vacances, une rentrée, quelques maladies généreusement partagées entre tous les membres de la famille… et nous revoilà, Antonin et moi, pour aborder un grand classique des activités Montessori pour les bébés.

Dès que votre tout-petit est capable de s’asseoir par lui-même, ses mains se libèrent, et c’est le début d’une nouvelle phase d’exploration du monde. Depuis quelques mois qu’Antonin maîtrise cette position, je remarque d’ailleurs qu’il porte beaucoup moins les objets à sa bouche ; il prend beaucoup de temps, par contre, à les retourner, à les contempler, et les faire sonner sur tous les supports disponibles… Un de ses passe-temps favoris (juste derrière “Se dresser debout en prenant appui sur la table basse, le canapé, les guitares, les poubelles, les portes et les jambes des parents !”) consiste à vider et remplir des récipients; c’est dire si les “boîtes aux trésors” correspondent parfaitement à ses intérêts du moment.




Le mode d’emploi est très simple : il s’agit d’investir dans une panière* et d’y déposer quelques objets amoureusement choisis. Les objets, bien évidemment, ne doivent présenter aucun danger pour le bébé. A vous de varier les matières et les sensations (métal, plastique, bois…), ou au contraire de faire des boites thématiques (objets de la nature, objets rugueux, objets oranges, objets sonores…). L’important est d’être imaginatif et de bien observer les réactions de l’enfant : certains objets le laisseront complètement froid (réessayer plus tard !), d’autres le raviront (à proposer souvent !).

Les objets préférés d’Antonin, pour le moment, sont :
- Une petite natte en bambou qui sert à rouler des sushis.
- Un assortiment de jolis bols à riz japonais en bois incassables.
- Deux petites boîtes en bois de cannelle odorant (qui, hélas, se sont, elles, révélées cassables).
- Deux bandes fluorescentes jaunes que l’on fixe autour des chevilles pour faire du vélo la nuit.
- Un mètre en ruban.
- Un minuscule ballon de baudruche (très peu gonflé pour éviter l’éclatement).
- Tous les prospectus et papiers dont les parents ne veulent pas (avec une préférence marquée pour les “livres” dont on peut tourner les pages : petits catalogues publicitaires, programmes de théâtre périmés etc.).
- Des feuilles de Sopalin ou des mouchoirs en papier à déchiqueter (pas écolo du tout, j’en conviens…).

Et puisque j’aborde le sujet, je me permets de vous présenter la boite à trésor de Sasha, un adorable petit garçon de l’âge d’Antonin, dont les Mamans Montessoriennes se sont rencontrées par l’entremise de ce blog  ! Bonjour Alexandra ! ;)

Quand la Maman a pris ces photos, Sasha ne s’asseyait pas encore ; Alexandra a collecté soigneusement plusieurs objets en pensant particulièrement à lui. Voici le résultat, qui vous donnera peut-être des idées :



Dans ce joli panier, Sasha trouvera : des pommes de pin, des noyaux d’avocat, des cuillères en bois, des pots en verre contenant du riz et des haricots rouges, des pelotes de laines (dont le destin étaient de devenir pompons), un foulard de soie, des rubans de satin et de velours, et la dernière trouvaille dont Alexandra est particulièrement fière : un épi de maïs ! Alexandra cherchait aussi, à l’époque, un joli morceau de bois (branche morte dont on a retiré l’écorce), je lui souhaite de l’avoir trouvé !

Et pour tenter d’être complète sur le sujet, je me permets de citer le très bon livre pratique de Tim Seldin (Éveiller, épanouir, encourager son enfant, la pédagogie Montessori à la maison), qui classe les objets à proposer selon leur matériaux. Voici les autres idées qu’il propose :

- Métal : clochettes, cuillères, petit fouet de cuisine, bonde d’évier avec sa chaîne (goutée et approuvée par Antonin, mais attention : achetez-en une neuve pour votre bébé !).
- Nature : plumes, gros galets, coquillages, éponges (encore plus intéressantes si elles sont double face rugueuse et douce, mais à proposer neuve et bio si possible, et à faire bouillir avant de présenter car elles sont imprégnées de produits chimiques pour rester souples dans leur emballage ! Je sais : j’ai goûté ! BEURK !).
- Bois : œufs en bois, pinceau à patisserie, pinces à linge, pièces de jeux de construction, brosse à chaussure (neuve et propre…).
- Verre : coquetier, pots à épices, salières, petits presse-papiers, grosses perles enfilées.
- Tissu et cuir : petit porte-monnaie, porte-clé (avec quelques clefs accrochées, succès assuré !).

ET VOUS, QUE METTEZ-VOUS DANS VOS BOITES A TRÉSOR ?

* Pendant que vous y êtes, investissez dans UN GRAND NOMBRE de panières : elles permettent de ranger les jouets, de plus en plus nombreux, de l’enfant. Il y aura ainsi la boite pour les balles et ballons, la boîte pour les livres, celle pour les petites peluches, celles des cubes… que sais-je. Si possible, le tout est à disposer à portée de l’enfant sur de petites étagères (en organisant un roulement si la place manque). Cette “catégorisation” des objets favorise d’une part l’envie de se servir des objets si bien présentés (et donc l’autonomie), d’autre part la capacité à abstraire et à subsumer (pardon pour les mots barbares !) grâce au fameux “esprit absorbant” qui s’imprègne de l’ordre environnant. 

5 commentaires:

  1. Notre boîte à trésor du moment "thématique salle de pain" contient : une lime à ongle en carton, un petit gant de toilette rouge double face (une face douce et une fasse "gommage" en crin), une éponge de bébé, une petite brosse à cheveu de bébé en bois et poils doux, un petit "masseur" en bois qui roule, et... un petit ocussinet d'allaitement lavable en coton/dentelle ! A. ne s'en lasse pas ! Il a pas ailleurs aussi un petit bol a disposition avec des pommes de pain et des gros batons en bois qu'il adore.

    RépondreSupprimer
  2. Ca y est ! Notre boîte à trésor est fin prête et elle s'éclate !
    Merci pour l'idée de la bonde, un grand succès ! Du coup j'ai 8 objets pour la cuisine, 4 pour la salle de bain et j'ai pas fini la collection "promenade/nature" Mais ça lui plait grandement de jouer avec une brosse à dent ou un fouet (en silicone qui rebondis !)

    Maintenant se pose une question que j'avais déjà soulevé dans ma tête mais pas émis : comment faire comprendre au papa que non c'est pas stupide de la faire jouer avec une boule à thé, une cuillère à dessert et un couteau à tartiner ? Et que si, c'est mieux, que des jouets, ou en tout cas aussi bien ?

    J'ai beaucoup de mal à lui faire prendre conscience (au papa) ce qu'est la pédagogie Montessori et son intérêt. Alors que pour la mobilité libre il était d'accord (ça faisait moins de trucs à acheter, pas de parc, ni transat, etc.) Là, c'est plutôt le contraire qui se passe... Il ne veut pas lire le livre d'activités (60 activités Montessori pour les bébé de chez Nathan, je crois que tu as le même), puisque de toute façon, ce n'est pas lui qui gère la semaine...
    Du coup je m'interroge. Comment promouvoir le matériel pour la suite, quand il ne comprend pas la simple utilité d'une boite à forme progressive ? Qu'est ce que ce sera pour la tour rose ! (ou encore "pire" les bandes rugueuses ou autres outils du genre complètement inhabituels ...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouch, vaste question, concernant le Papa. :-)

      A vue de nez, je dirai qu'il faut laisser le temps au temps ?
      Ces notions pédagogiques vont tellement à l'encontre de ce qu'on nous a inculqué, qu'il faut bien quelques mois pour ingurgiter tout cela, hein ? :-)

      Qu'il ne veuille pas lire de livres, ce n'est pas bien grave.
      Par contre, il est important qu'il te fasse confiance quant à tes choix éducatifs, c'est une des bases de votre couple. Je lis entre les lignes que c'est le cas, mais qu'il ne veut pas s'investir plus que cela... Bon. Comme tu dis, ce n'est pas lui qui gère, alors ? :-)

      Le soucis, si tu projettes d'acheter le matériel montessorien, c'est son prix. Là, Monsieur a son mot à dire, normal. S'il n'est pas convaincu, il risque de grincer des dents devant la facture... Je le comprends ! Moi, je suis convaincue, mais j'ai renoncé pour des raisons financières... :-(

      Bon courage et bon cheminement commun ! :-)

      Supprimer
    2. Je ne sais pas jusqu'où je veux aller dans la démarche. Déjà faute de temps. Vue que je reprend à temps plein en septembre. Mais aussi question de budget, car c'est clair que ça coûte un bras (et pour un seul enfant c'est dur, même pour deux d'ailleurs.).

      Il y a quand même pas mal de choses possibles à mettre en place pour pas grand chose (les fiches de nomenclatures, par exemple, ou les versées etc.) Cependant, je n'ose lui parler de ma table lumineuse (un ami doit m'en faire une). Et je te dis pas la tête qu'il a fait quand je lui ai parlé des instruments de musique pour son 1er anniversaire (les 10 premiers du livre du jardin des sons). J'espère juste les utiliser pleinement (si jamais la petite n'est pas plus attirée que ça, je serai bigrement déçue, mais pour l'instant ce n'est pas le cas).

      Reste donc à être aussi patiente avec le papa qu'avec la petite :)

      Supprimer
    3. Tu nous diras si ta petite a accroché, pour les instruments de musique... ! :-)

      Supprimer