vendredi 18 janvier 2013

Apprendre à se laver les mains

J'ai longtemps réfléchi quant à savoir quelle allait être la première activité de vie pratique que j'allais proposer à Antonin de manière structurée. Je voulais quelque chose qui remporte son adhésion immédiatement, une activité facile à mettre en place, que l'on puisse intégrer à notre vie quotidienne rapidement et pratiquer plusieurs fois par jour. Après quelques hésitations, j'ai choisi de lui apprendre à se laver les mains.

En fait, Antonin se lave les mains (presque) seul depuis fort longtemps. C'est une des raisons supplémentaires pour lesquelles j'ai choisi cette activité : il allait pouvoir se concentrer sur la procédure sans avoir trop de nouveautés à gérer en même temps, puisqu'il connait le matériel nécessaire, et que le critère de réussite est pour lui limpide (avant le lavage, les mains sont SALES, et après elles sont PROPRES, c'est évident !).

Car si l'objectif, sur le long terme, est évidemment de sensibliser l'enfant aux soins qu'il doit apporter à sa personne, mon objectif immédiat était tout autre : je voulais que le Damoiseau apprenne à suivre une démonstration jusqu'au bout, sache réinvestir ses observations en utilisant un matériel donné à bon escient, exécute des gestes précis avec concentration. C'est pour pouvoir au mieux atteindre ces objectifs que j'ai décidé d'attendre qu'il ait deux ans révolus pour lui proposer cette activité selon un déroulé montessorien.

J'ai d'abord réfléchi au dispositif, et j'ai installé un coin dédié dans un recoin de notre cuisine :


(Je vous prie d'excuser la piètre qualité de mes photos dans cet article : notre "bon" appareil est tombé et notre objectif est cassé... Aïe, aïe... Je pense que nous attendrons le mois prochain pour le remplacer...) :-(

Bon, une première constatation s'impose : ce n'est pas très joli. J'aimerais investir dans un ensemble cuvette + pichet en émail, ainsi que dans un petit seau en métal qui viendrait remplacer la bassine en plastique... Hélas, je compte chaque dépense en ce moment, ce ne sera pas pour tout de suite. J'accorde énormément d'importance à l'esthétique des activités que je propose à mes enfants, à tel point que j'ai même hésité à reporter cette présentation... Et puis non. Je ne vais pas louper le coche sous prétexte que certains éléments de toilette sont ici en plastique... Tant pis pour cet aspect de l'activité pour cette fois. Et si vous n'avez pas votre dose de poèsie en lisant cet article, courez vite admirer celui-là ! Hein que ça fait rêver ? Je me console en me disant que  si ce genre de meuble n'est pas à la portée de ma bourse, il n'est de toute façon certainement pas commercialisé en France (mais je n'ai pas fait de recherche approfondie non plus, hé, je ne suis pas masochiste !). ;-)

La deuxième constatation, c'est qu'à défaut d'être esthétique, l'installation est fonctionnelle. Elle se compose d'une aire de travail sur une table à hauteur d'enfant, avec une "cuvette" au milieu (un plat en pirex...), un pichet à droite et une savonnette dans son support à gauche.

Le tout intéressant fort
la Damoiselle...

Ces accesoires sont placés assez près du bord de la table, pour plus d'accessibilité.

J'ai placé un miroir qui reflète cet espace et permet à l'enfant d'avoir une plus grande visibilité de son action.

Sous la table, j'ai placé une cuvette destinée à recevoir l'eau usagée. De chaque côté de la table, j'ai fixé un petit crochet : à droite, on accroche une serviette, à gauche, un torchon.


Les derniers accessoires nécessaires sont deux tabliers, un pour l'enfant et un pour l'adulte, que chacun revêt au début de l'activité, et ôte à la fin. C'est primordial pour circonscrire l'activité, et Antonin tient beaucoup à ce que je mette mon tablier, moi aussi ! ;-)

J'ai ensuite beaucoup réfléchi à la mise en oeuvre. Je me suis même entrainée plusieurs fois, pendant la sieste d'Antonin, pour intégrer dans mon corps les gestes que j'allais lui apprendre. Et je vous garantis que je ne me laverai plus jamais les mains de la même façon (c'est-à-dire très rapidement sous un jet d'eau courante...).

Mais pendant que je m'exerçais, un doute m'a saisie : Antonin allait-il être suffisamment patient pour suivre ma démonstration, qui comprend tout de même pas mal d'étapes, jusqu'au bout ?

Le grand moment était enfin arrivé : j'ai appelé Antonin à la cuisine en lui expliquant que j'allais lui apprendre à se laver les mains. Nous avons mis nos tablier, nous avons retroussé nos manches, j'ai rempli le pichet d'eau tiède, l'ai reposé à sa place... et j'ai commencé ma démonstration. Doucement, silencieusieusement... Et au bout de quelques secondes, Antonin a voulu prendre ma place ! Forcément, dès qu'il y a de l'eau et du savon...

Nous avons stoppé là l'activité et je me suis donné jusqu'au lendemain pour réfléchir.

Le lendemain, j'ai installé sur notre table basse deux dispositifs tels que précédemment décrit. Je vous fait grâce des photos - que d'ailleurs je n'ai pas prises -, imaginez deux fois la même mocheté côte à côte et vous y serez ! ;-)

Cette fois, nous avons procédé en parallèle, Antonin pouvant m'imiter en direct. Ce fut très efficace. Ce fut si efficace qu'au bout de seulement trois fois, je le réinstallais seul à la cuisine. Il est seul à agir désormais, je le guide seulement du geste ou de la voix si nécessaire (et en essayant d'intervenir le moins possible). Il est à noter qu'en pédagogie Montessori, on privilégie les démonstrations silencieuses ; mais comme le Damoiseau, qui est loin de parler couramment, est en train de construire le langage d'action, je ne me prive pas, si j'estime que le besoin s'en fait sentir, de nommer les gestes en situation. Ce ne sera pas la première ni la dernière entorse que je fais à la lettre...

Voici maintenant comment nous procédons, très précisemment :

1. Après avoir enfilé nos tabliers et retroussé nos manches, je remplis donc le pichet d'eau tiède au robinet et le repose à sa place.

2. Antonin le prend de la main droite (avec mon aide) et en vide la moitié dans la cuvette. Il le repose à sa place.

3. Il trempe ses deux mains ensemble dans l'eau, paumes en bas, puis les retourne, paume en l'air. La main droite vient frotter une fois le dessus de la main gauche, puis la main gauche vient frotter une fois le dessus de la main droite.

4. Il sort ses main de l'eau, en les gardant bien au-dessus de la cuvette, doigts vers le bas, pour les égoutter un peu. 

5. La main gauche prend la savonnette sur son support et la place dans la main droite. Les deux mains se frottent jusqu'à ce que de la mousse se forme (Cette étape requiert mon aide pour ne pas que ce coquin de savon ne glisse hors des mains jointes).

6. La main gauche repose la savonnette à sa place.

7. On procède au savonnage comme suit:

Source de l'image

8. On procède à un premier rinçage en reprenant l'étape 3.

9. Attention, voici une étape qu'Antonin adore : il recule d'un pas, extrait la bassine en plastique de sous la table et la pose par terre à sa droite. Il saisit la cuvette d'eau sale et la vide dans la bassine (en clamant "OUIIII !"). La cuvette est remise à sa place.

10. Antonin reprend le pichet de la main droite et vide le reste de l'eau dans la cuvette (sans mon aide, cette fois, le pichet étant moins lourd).

11. Reprise de l'étape 3.

12. Reprise de l'étape 9 (mais inutile de sortir la bassine, hein, c'est déjà fait !).

13. Antonin prend la serviette accrochée et s'esssuie les mains (avec mon aide).

14. Nous allons vider ensemble la bassine d'eau sale dans l'évier.

15. Antonin prend le petit torchon, essuie la bassine et la replace sous la table. Il essuie ensuite la cuvette (intérieur et extérieur), puis la table. Le torchon est raccroché à sa place.

16. Nous ôtons nos tabliers, et déroulons nos manches.

C'est fini !! Vous trouvez ça long ? Sachez que je me suis inspiré de cette fiche-, qui ne compte pas moins de... 45 étapes ! Vous comprenez maintenant que j'ai douté, à raison, que mon fils m'observe patiemment jusqu'au bout ! ;-)

10 commentaires:

  1. je pense depuis pas mal de temps à investir dans un de ces petits lavabos que l'on fixe à la baignoire sans vraiment savoir quoi en penser... Et ton post refait surgir en moi des questionnements...

    j'ai parlé de ce sujet au papa et sa réponse m'a fait sourire...

    Nous partons à Madagascar chez des amis, 1 mois fin mars, début avril et là bas ce n'est pas seulement le lavage de main mais aussi la douche qui se passe comme ça avec des bassines et des pichets...

    Autant je ne me sens pas prête à mettre ça en place chez moi autant là bas, tout sera déjà mis en place pour moi ;-)


    La vie est plus que bien faite parfois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ! si quelqu'un peut nous faire un retour sur ces petits lavabos dont tu parle, moi aussi ça m'intéresserait ! Je trouve le concept génial, mais le plastoc, bof...

      Excellent, le voyage à Madagascar ! Et la douche avec les pichets, quelle bonheur ça va être pour un petit de deux ans !! Tu nous raconteras, dis ???

      Profitez-bien de ce voyage, en tous cas ! Et pas que pour bosser la vie pratique, hein ?? ;-)

      Supprimer
    2. Bonsoir, je rattrape mes lectures et je viens de lire se poste très intéressant comme d'habitude. Je peux témoigner pour le lavabo. J'ai investi dans un petit lavabo en plastique pour la seconde, car nous avons une maison à étage et je n'ai pas l'espace dans la cuisine pour faire un coin lavage de main (bien que je pense à essayer un petit deux marches à sécuriser pour accéder à l'évier, je ne retrouve malheureusement plus le site ou j'avais vue ce petit bricolage). Bref, certes mon lavabo est en plastique (bleu), ce n'est pas très beau et j'ai enlevé le petit miroir vendu avec car il faisait trop "toc". Le bouchon fonctionnait moyen, vite remplacé par un bouchon de liège. Ma fille adore et elle n'a jamais rechigné pour se laver les main seule, alors que dans mes bras c'était non. Je lui ai proposé cette activité à faire seule vers 15 mois (elle savait monter sur un petit tabouret et marcher). En plus à la fin on vide tout dans la baignoire et tout le monde rigole ! Enlever le bouchon est aussi un grand moment. Pour moi l'avantage c'est qu'on peut préparer le lavabo à l'avance et laisser l'enfant y accéder à sa guise, même petit, car il n'a pas le soucis de devoir remplir la vasque. C'est facile à nettoyer, rincer après utilisation, et un coup d'éponge en même temps que la baignoire le WE. Si vous d'autres questions faite moi signe !

      Supprimer
    3. Un grand merci, Caroline, pour ce retour ! Ouh, là, là, je crois que ce petit lavabo nous serait utile, à nous aussi, ici, car se laver les mains dans la cuisine, ça va un temps, n'est-ce-pas ?
      J'ai encore une petite question, néanmoins : ce type de lavabo s'adapte-il sur tous les type de baignoires ? La nôtre est assez large, ses bords n'ont pas l'épaisseur classique...

      Supprimer
  2. J'avais investi dans un petit lavabo bleu de commerce à disposer sur la baignoire. Notre fils ne semblait pas s'y intéresser plus que cela jusqu'à maintenant. Tout juste je devais le trainer pour qu'il s'y lave les mains. Et puis vendredi, miracle: 13 lavages de mains à la suite (j'ai improvisé du coup comme j'ai pu une "méthode de lavage" en quelques étapes en me souvenant vaguement de ton article, un peu prise au dépourvu).
    Des rires, un savon liquide bien entamé, nous étions tous les deux très contents.
    Depuis, l'intérêt pour le lavage de mains ne s’essouffle pas...

    RépondreSupprimer
  3. Excellent ! :-D
    Si ça, ça n'est pas un déclic !!

    C'est drôle, j'ai vécu une aventure similaire avec Antonin pas plus tard qu'hier : il a décidé qu'à présent, c'est lui qui se débarbouillait tout seul !!
    Et ensuite, il passe l'ensemble du lavabo... au coton hydrophile humidifié... Oui, il va falloir mettre une éponge à disposition, mais en tous cas, mon lavabo n'avait jamais été si propre (et personne n'avait JAMAIS passé AUTANT de temps à le nettoyer, d'ailleurs...)
    :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah! la même! Anjali se débarbouille toute seule devant son miroir depuis hier.
      Elle se coiffe aussi, ça donne des résultats parfois funny...
      Bon pour les dents, on en est loin, parfois c'est la brosse à dents, et parfois...la brosse à cheveux...:-(

      Supprimer
  4. Re bonjour ! Pour répondre à ta question Elsa, sur le dessous du lavabo il y a un système de réglettes qui permet d'ajuster la largeur d'accroche en fonction du modèle de baignoire. Ce n'est pas ultra précis mais si on veut que le lavabo bascule, il faut vraiment appuyer assez fort ! Je n'ai pas trouvé de photos et je n'ai pas eu le temps d'en faire mais à l'occasion je te les enverrai en MP. Bonne fin de journée !

    RépondreSupprimer
  5. C'est la première activité de vie pratique que je souhaite également proposer à ma fille (21 mois) qui a toujours aimé bcp prendre soin d'elle... cela a commencé par se débarbouiller le visage, se brosser les cheveux (et tenter de mettre une barrette ^^), actuellement elle veut se nettoyer les fesses elle-même (elle porte encore des couches) ce n'est pas si simple mais j'ai lu une méthode sur un blog pour changer l'enfant "debout" que je vais essayer de mettre en œuvre (seul bémol la personne utilisait des lingettes jetables qui ne me plaisent guère).
    Pour le lavage de mains, aujourd'hui c'est debout sur une chaise mais son intérêt diminue pour l'activité petit à petit donc la mise en place d'un système "autonome" devrait bcp lui plaire et je l'espère relancer son intérêt.
    Ayant peu de place dans la cuisine et la salle de bain et pas de baignoire, j'ai trouvé un système de "chaise/lavabo" qui devrait parfaitement nous convenir et qui aurait en plus l'avantage d'être mobile entre la cuisine et la salle de bain (utilisable pour le lavage des mains comme le lavage des dents). (en cherchant sur le web dans la rubrique image vous devriez rapidement tomber sur quelques images du "système")

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, ben alors là, Stéphanie, je suis TRES intéressée par cette méthode pour laver les fesses d'un bébé debout !! Où l'a tu pêchée ??

      Ici, quand Antonin a fait caca dans sa couche, je n'ai rien trouvé de mieux que d'enlever le plus gros et hop !, à la douche !!

      Le "problème" se pose aussi pour Louiselle qui n'aime pas trop être changée couchée, je pense appliquer la même "méthode", mais j'attends qu'elle marche...

      Enfin, si il a une alternative, je prends !

      Quant à la petite chaise-lavabo, oui, je vois très bien ce dont il s'agit !! Je crois que les Mamans qui ont opté pour ce système en sont très contente ! Reviens nous faire un petit retour si tu trouves le temps ! ;-)

      Merci pour ton commentaire !

      Supprimer