jeudi 14 mars 2013

Déménagement !


Voilà, voilà !

Dans une semaine tout rond, une armada de messieurs musclés (j'ai nommé : les déménageurs) va envahir notre appartement pour y enlever tout notre barda et le transporter à la campagne !! Bien que nous soyons dans les cartons jusqu'au cou, je me dis qu'il va falloir passer à la vitesse supérieure si nous voulons avoir tout emballé...

Heureusement, nous aurons le jour J une aide... DE TAILLE !

video

Ce blog est donc (très) temporairement suspendu... Je vous retrouve en avril... sous d'autres cieux !!

Et joyeux printemps à tous : qu'il s'annonce radieux ou sous la neige, nous tenons le bon bout !

mercredi 13 mars 2013

Jouet d'un jour

 
10 mois, le bel âge. Le bel âge où l'on n'a pas besoin de jouets. Où le monde entier n'est que jouets. 

Pour nous, les adultes, qui savons qu'helàs il n'en est rien, c'est aussi un âge qui requiert une vigilance de chaque instant. Car, non, les fils électriques ne se croquent pas, les chaussures boueuses ne se léchouillent pas, les livres de poche ne se déchiquettent pas, le téléphone ne se fracasse pas indéfiniment contre le sol... 10 mois, c'est aussi l'âge de l'apprentissage d'un certains nombre de frustrations...

Par compensation, il est si facile de fabriquer de petits jeux éphémères à partir de ce que l'on a !

C'est ainsi qu'une bouteille en verre à large goulot, ayant contenu de la sauce tomate, a connu une autre fonction avant d'être recyclée.

Louiselle s'est amusée à y glisser des Duplos, et la transparence du verre lui a permis de visualiser leur chute. Elle a frappé les éléments en plastique contre le verre, a soufflé dans la bouteille, et a fait semblant d'y boire en la portant à ses lèvres.


What else ? ;-)

P.S., qui n'a rien à voir : hier, pendant le bain des enfants, leur Papa a décidé de prendre quelques photos. Antonin, d'humeur joyeuse, s'est amusé de ce que son visage disparaissait derrière l'appareil, et s'est exclamé : "Papa, il est caché !". Ouah. Première phrase construite du Damoiseau. Reprise pronominale, verbe conjugué, adjectif, tout y est. C'est l'émergence de la syntaxe !! Une nouvelle ère s'ouvre à nous !!

mardi 12 mars 2013

Cartes de nomenclature : Les jouets


Honnêtement, je ne pensais pas, en me lançant dans la fabrication des cartes de nomenclature, que cela serait suivi de tant d'effets.

L'idée pour moi était simplement de commencer leur confection de bonne heure afin de disposer de suffisamment de cartes lorsque qu'Antonin serait prêt à les utiliser pour de petits exercices langagiers, logiques, puis phonologiques. Je les propose au Damoiseau au fur et à mesure que je les fabrique, nous les feuilletons, nous nommons les objets, parfois nous faisons un petit jeu plus spécifique, mais cela n'est même pas systématique.

Et pourtant, depuis une quinzaine de jours que j'ai commencé ce travail, le lexique d'Antonin s'est considérablement accru, et sa prononciation s'est très largement affinée ! Je vous assure que c'est vraiment impressionnant !

Puisque chez nous, les cartes de nommenclature sont reliées comme de petits albums, je le surprends plongé dans ses lectures, et il s'applique à prononcer à voix haute chaque mot très distinctement, en articulant parfaitement (comme je le fais, moi, quand je les lui lis). Il fait même profiter de cette belle compétence à sa soeur, qui en bave d'admiration, et il est très fier de savoir lire ces livres tout seul ! Il tourne les pages lentement devant elle, lui montre les objets et lui indique leur nom : "Py-ja-ma ! Pan-ta-lon !". C'est trop mignon ! :-D

J'essaie de ne présenter que des photos d'objets qu'il sait nommer, mais parfois je me trompe... un peu. C'est-à-dire que l'acquisition d'un nouveau vocable ne se fait pas toujours de façon linéaire. Par exemple, j'ai introduit le week-end dernier la carte des "cubes". Je suis bien certaine d'avoir entendu mon Damoiseau appeler ce jeu par son nom plusieurs fois. Mais face à sa photo, ce fut le trou total. C'est ce que Vygotsky appelle "la zone proximale de développement", qui désigne le fait qu'un certain nombre de savoirs sont en puissance chez l'apprenant avant d'être en acte. Pour pouvoir être assurées, ces notions nécessitent un étayage. Et mes albums-nomenclature sont exactement l'étayage dont Antonin avait besoin en ce moment, il faut croire ! Car à présent, il sait nommer ses cubes à coup sûr !!

Allez, j'arrête là mes considérations pédagogiques... ;-)
Et pour télécharger la nomenclature des jouets, c'est ici pour la version modifiable, et ici pour le Pdf !

lundi 11 mars 2013

10 mois et des exploits !


Ça y est, la Damoiselle a un âge à deux chiffres !! ;-)

Depuis 15 jours, les raisons de s'émerveiller ne manquent pas : s'émerveiller (ou se désoler...) du fait que le temps passe si vite, s'émerveiller de l'appétit d'ogresse qui revient, s'émerveiller de la richesse de la relation avec son frère, s'émerveiller de la précision des gestes qui s'affine.

Louiselle, qui passait jusque là beaucoup de temps à vider, se met à remplir. Youpi ! L'organisation montessorienne en petits paniers est vraiment une aubaine pour un enfant de cet âge : tous ces objets, disposés en catégories dans de petits contenants facile d'accès, et qui crient : "Vide-moi, vide-moi !!"... La Damoiselle ne s'en prive pas ! C'était déjà très amusant de l'observer balancer derrière elle les objets qu'elle en extrayait, d'un geste ample et calme. C'est fascinant à présent de la voir ensuite ramasser un jouet à terre, très lentement, et d'aller le replacer dans sa boite avec beaucoup de soin.

Les petits jeux d'encastrement qui je laisse à sa disposition depuis quelques semaines l'occupent à présent beaucoup : placer l'oeuf dans le coquetier n'est pas facile, mais Louiselle a compris le principe.

Un peu instable, ce coquin !!

Et comme notre coquetier est un peu étroit, elle a tenté d'autres associations, et a trouvé des combinaisons plus adaptées ! ;-)



La boite à forme (dite "de permanence de l'objet") l'absorbe à présent de longues minutes. Et comme par hasard, la timidité de Louiselle à l'égard des inconnus a subitement disparu !! Comme l'intérieur de la boite est incliné, la petite boule ressort d'elle-même, et incite l'enfant, par son surgissement, à recommencer l'activité... indéfiniment !! Je n'ai pu résister au plaisir de filmer Louiselle dans cette activité, et certains de mes "petits" films durent vraiment longtemps !! Je vous les épargne, c'est un tantinet répétitif... Je pense que je suis la seule à éprouver du plaisir à les visionner en boucle en m'ébahissant du geste perpétuel !! ;-D

Un autre nouveau classique, c'est le tobbogan à boule. La Damoiselle a compris qu'il fallait placer les balles en bois au sommet et y parvient assez bien ! Et pendant que la boule dévalle les rampes, elle la suit de tout son corps, cherchant à la rattraper mais complètement dépassée par sa vitesse !

Notre petite scientifique en herbe se plait à tester tous les possibles :

"Ah ? Ça ne rentre pô..."

Elle essaie aussi de poser tout un tas d'objets (éléments de dînette, figurines d'animaux...) sur le tobbogan à boules, ravie quand le dit-objet choisit d'y rester, et sans trop se préoccuper pour l'instant du fait qu'il roule... ou pas !

Un de ses jeux favori reste ses propres mains. Elle les observe, ouvre et ferme le poing, fait pivoter son poignet avec une expression d'émerveillement serein sur le visage. Elle aime tout particulièrement pointer son index bien droit ; non pas pour désigner des objets environnants, n'en déplaise aux livres de puériculture. Mais juste pour le plaisir de l'orienter dans les différents plans de l'espace, de le faire rebondir contre sa joue, de se le fourrer dans la bouche, de nous le fourrer dans la bouche...

Et la musique reste sa grande passion !

jeudi 7 mars 2013

Nos cartonnés préférés

Louiselle est une GROSSE lectrice. ;-)

Disons même qu'elle dévore les livres dans les deux sens du terme.

Depuis qu'elle est en âge de maîtriser ses gestes, elle s'exerce à tourner les pages des albums cartonnés que nous laissons à sa disposition. Leurs pages épaisses sont plus faciles à saisir, et sont moins en danger entre les mains (les machoires ?) de notre petite papivore. Ce qui ne l'a pas empêché de croquer littéralement dans une page cartonnée pas plus tard qu'hier... La trace des mandibules dentelées imprimée sur le livre m'a laissée songeuse... Hé, mais c'est qu'elle n'a que deux dents, ma Damoiselle, alors ????

Je voulais vous parler aujourd'hui des coups de coeur de la maisonnée concernant ces tout-premiers livres. Je ne vous rapportent ici que ceux que nous aimons tous les quatre également, c'est la crème de la crème !! ;-)

Au monde, Rascal, Pastel, 2012.


C'est le même thème que Tigre, ce petit tigre, de Malika Doray, si cher à notre coeur, dont je vous parlais ici. Les illustrations sont somptueuses,  le texte plein de tendresse et d'humour. Vous aurez la gorge serrée en le lisant, c'est sûr !

Poussez-pas, Martine Perrin, Milan jeunesse, 2010.


Une cavalcade dans la savane. Un animal suit l'autre, mais lequel ? Les plus grand s'amuseront à essayer de reconnaître les animaux représentés à partir de leurs silhouettes tronquée, et les plus petits se passionneront pour les contrastes chauds, les pages aux couleurs vives et le texte rythmé.

Oh, regarde !, Evelyne Bodilis, Virginie Hoyaux, Hatier jeunesse, 2010.


Une alternance de photographies noir et blanc/couleurs, des caches aux formes variées dans lesquels les petits adorent enfoncer leurs poignets. C'est éclatant, chaleureux, ça parle des sensations et des sentiments. Avec une petite surprise à la fin...

Quelques collections :

"Les tout-doux", Fiona Watt et Rachel Wells, Usborne.


Le moins que l'on puisse dire, c'est que ces livres sont solides ! J'en ai acquis quatre après les avoir découvert à travers le blog d'À la douce ici, alors qu'Antonin n'avait que quelques mois. Ils sont toujours en très bon état, après deux ans de service quotidien ! Les surfaces à toucher ne sont pas très grandes, mais les bébés savent très vite où porter leurs petits doigts, vous pouvez me croire ! J'aime aussi la structure répétitive du texte, qui permet d'acquérir un tas de vocabulaire (partie du corps/de l'objet, adjectifs) et les rends toujours attractifs pour les (un peu) plus grands.

"Kididoc",  Nathalie Choux, Nathan.


Encore une fois, une solidité à toute épreuve, ce qui est rare pour un livre animé. Je ne sais pas si c'est le fait de ne pas connaître la télévision, mais Louiselle est sidérée quand son frère actionne les languettes... et que les rayures des chaussettes changent de couleurs !! :-D

"L'art à petits pas", Elisabeth de lambilly, Béatrice Fontanel, Palette.


Grand coup de coeur pour cette petite collection dont je vous ai déjà parlé ici, et que j'ai découvert à la bibliothèque. Des reproductions variées, de grande tailles et de très belle qualité qui captent vraiment l'attention de ma Damoiselle. Le texte est parfois un peu artificiel, pour pouvoir coller aux images, mais pas dénué d'astuce et de poèsie.

Impossible de terminer cet article sans citer les grands classiques tels que les livres de Tana Hoban, Le premier livre de bébé de Gyo Fujikawa, Beaucoup de beaux bébés de David Ellwand ou encore La chenille qui fait des trous d'Eric Carle... 

D'autres idées ? ;-)

mercredi 6 mars 2013

Les couleurs : séquence 1

Antonin s'intéresse fort aux couleurs. Comme bien souvent, j'ai décidé qu'en matière d'apprentissage, nous allions prendre notre temps - le temps de mettre en place la progression d'inspiration montessorienne dont j'ai expérimenté l'efficacité avec mes élèves de Petite section l'année dernière.

La première "unité d'apprentissage" se concentre uniquement sur les couleurs primaires (bleu, rouge, jaune). Encore est-il important de noter qu'à ce stade, il s'agit d'une approche sensorielle. Pour le dire autrement, il ne s'agit pas encore d'apprendre à les nommer. Bien sûr, Antonin connaît le nom de certaines couleurs (bleu, rouge, orange...), mais nous ne ferons un travail systématique sur le lexique que dans une seconde étape. Bien que je ne me prive pas de nommer tout naturellement les couleurs dans notre vie quotidienne, j'ai fait bien attention, dans les petites séances décrites ci-dessous, à ne pas le faire. L'objectif langagier (car il y en a toujours un !) est plutôt de renforcer le sens de l'expression "le/la même" et d'introduire justement le mot "couleur" : la production de ces mots n'est pas exigée de l'enfant, mais au cours de cette séquence, il va les entendre un grand nombre de fois, consolider leur signification... et très certainement finir par les répéter !! ;-)

Voici donc les petites activités sur lesquelles j'ai mis l'accent au cours des deux derniers mois :

Le tri de couleurs primaires :


Antonin pratique cet exercice depuis très longtemps, mais il le reprend chaque jour. C'est donc devenu un invariant de ses étagères de travail. Il s'exerce à présent à trier de plus en plus vite ! ;-)

Une petite note concernant les objets que l'on donne à trier aux enfants : un jour, pour changer, j'ai proposé au damoiseau de trier une poignée de Duplos aux couleurs primaires... Mauvaise idée ! :-D D'abord, quelle idée de vouloir changer ? Je transposais en ayant ce désir pour mon fils, lui n'en ressentait absolument pas le besoin. Et surtout, l'activité de tri s'est immédiatement transformée en atelier de construction d'une tour gigantesque. Logique, les Duplos sont faits pour cela... Veillez donc à proposer à votre enfant un matériel neutre, dédié à l'activité, pour éviter tout risque de détournement !! ;-)

Les mises en paire :

En reprenant le principe de la première boite de couleurs, j'ai plastifié six carrés de papier coloré. Antonin étant fort habitué aux mises en paire, je me disais qu'il n'allait faire qu'une bouchée de ce petit travail ! J'ai déchanté : le Damoiseau a catégoriquement refusé ce matériel pendant trois semaines. Si que je lui proposais une présentation, il la refusait. Si je laissais les cartes sur ses étagères, il les ignorait. Et puis, un jour, il a pris ces cartes de lui-même et les a appariées. Il le fait fréquemment depuis, mais continue de refuser que je constitue la "colonne de référence". Je peux à présent faire une démonstration sans problème, mais quand vient son tour, il veut placer lui-même toutes les cartes. Ce qui donne une disposition parfois fantaisiste... ;-)


Il est normal qu'un enfant de cet âge ait des difficultés à reproduire la disposition "en colonne" des séances montessoriennes. La latéralisation est en construction, c'est donc un petit exercice à poursuivre...

La trace écrite :

Parallèlement, Antonin s'amuse spontanément à réunir deux objets du quotidien (un stylo et une petite voiture, par exemple) de même couleur et à me les montrer en disant "La même !".

Ayant envie de garder trace de cette réussite, j'ai tenté le petit jeu suivant : j'ai pris trois feuilles A4 sur lesquelles j'ai tracé trois pastilles de chacune des couleurs concernées. J'ai donné à Antonin sa boite de gommettes (dont j'avais ôté toutes les planches autre que bleues, rouges et jaunes, afin de ne pas le mettre en difficulté) et lui ai expliqué qu'il pouvait coller des gommettes sur les feuilles de la même couleur que les cercles colorés. Il ne s'est jamais trompé. Comme il se lasse au bout de quelque temps, nous reprenons régulièrement ses feuilles (à sa demande !) pour les compléter.


Et dans la foulée, Antonin aime bien empiler les planches de gommettes de la même couleur sur les feuilles correspondantes :


Nous allons dans quelques jours commencer la phase deux de l'apprentissage. Je vous tiens au courant ! ;-)

mardi 5 mars 2013

Cartes de nomenclature : les vêtements


Ce week-end, j'ai travaillé sur la nomenclature des vêtements (téléchargeable ICI en version modifiable et ICI en Pdf). C'est un domaine lexical dans lequel Antonin est assez à l'aise, et je n'ai imprimé pas moins de 15 cartes ! Pour l'instant, je n'utilise ces cartes que pour les mots qu'Antonin connait déjà ; les objectifs que je poursuis sont surtout de l'habituer à ces supports, de lui permettre de dire les mots un grand nombre de fois à travers l'observation et de petits jeux (et de peaufiner sa prononciation), et de le familiariser avec les étapes de la leçon de vocabulaire à trois temps (je désigne des photos en nommant les objets, lui demande de me désigner les photos d'objets dont j'énonce le nom, lui demande de me nommer des photos d'objets que je désigne). L'acquisition de vocabulaire pure et simple viendra dans un second temps, certainement à partir de cet été, mais d'ici là, il travaille à accroitre lui-même son lexique tout seul dans la vie de tous les jours, et ce plus de manière plus efficace qu'aucune séance ne pourrait l'induire !! ;-)

Voici la petite activité à laquelle nous nous sommes livrée hier, pour son plus grand bonheur. J'ai sorti des vêtements que j'ai étalé sur le tapis de notre salon. Ça n'a l'air de rien, mais cette petite situation incongrue a été en elle-même une source de joie pour Antonin : les vêtements sont d'ordinaire rangés dans des armoires, c'était vraiment extraordinaire et excitant de les voir disposés sur le sol ! Sans compter qu'Antonin a très vite compris où je voulais en venir quand il m'a vue disposer les cartes correspondantes sur la table...


Malgré l'espace limité, j'ai essayé d'éloigner au maximum les cartes des objets réels. D'abord pour qu'Antonin puisse satisfaire son besoin de mouvement, ensuite pour l'inciter à garder une image de son action dans sa mémoire ("Tiens, j'ai vu les bottes, je dois donc aller chercher l'image représentant les bottes").


Sans que j'ai eu besoin de lui expliquer la règle du jeu, il s'est mis en devoir  d'apparier les cartes et les objets réels. Et chaque mot a été prononcé un grand nombre de fois !!

Et voilà le travail ! ;-)

lundi 4 mars 2013

Collage premier âge


Après la rédaction de cet article et vos chaleureux commentaires qui s'en sont suivis, j'étais remontée à bloc pour sortir faire des activités avec mes enfants afin de rencontrer d'autres familles. C'est pourquoi j'ai inscrit Antonin dans un atelier d'art plastique pour tout-petits et j'attendais ce jour avec impatience. 

Mais j'ai été déçue. D'une part, il n'y avait que deux enfants inscrits à l'atelier : Antonin, donc, et une autre fillette, au Papa très gentil mais fort taciturne. Ensuite, l'activité en elle-même n'était pas adaptée à l'âge des enfants : il s'agissait d'un collage de petits éléments divers sur un masque en carton :


Ça vous plait ? C'est moi qui l'ai fait !! ;-)

Ben oui, c'est moi qui l'ai fait, et Antonin m'a aidée. La logique aurait voulu que ce soit l'inverse, non ?

Je crois que je souffre d'une maladie grave : la déformation professionnelle ! ;-) J'ai une amie violonniste qui a l'oreille absolue : elle me confiait qu'elle ne pouvait savourer un concert parce qu'elle entendait la moindre fausse note...

Et bien voilà, moi j'ai vu toutes les fausses notes de cet atelier : proposer de la colle liquide au pinceau à des tout-petits alors qu'ils assimilent cette technique à la peinture ; proposer de la colle transparente, invisible (comment l'enfant sait-il où placer les élements pour qu'ils adhèrent ? Comment peut-il prendre conscience que la colle colle s'il ne la voit pas ?) ; proposer de décorer un masque à des deux-ans qui n'ont pas la moindre idée de ce qu'est cet objet (c'était le cas de la petite fille aussi) ; introduire de ce fait une consigne incompréhensible : ne pas obstruer les yeux. Or les deux enfants avaient bien envie de les boucher, ces trous, justement. Un trou, c'est fait pour être comblé, non ? Que leur importait qu'on ne puisse plus voir au travers ? D'ailleurs quand l'intervenante a essayé de leur enfilé leurs masques sur la tête, les deux petits ont refusé avec angoisse. Et je ne parle même pas du fait qu'Antonin n'ait pas été admis à nettoyer les pinceaux, à son grand désapointement...

Depuis quelques semaines, je réfléchis donc à la question suivante : quelle activité proposer à un enfant de deux ans ou moins, qui puisse donner du sens au collage ? Et bien sûr, cette activité devrait dans l'idéal permettre à l'enfant de s'engager dans un processus de création sans la tutelle de l'adulte...

Et voici ce que j'ai proposé à Antonin vendredi dernier : j'ai collé une bande de scotch double face sur une feuille blanche épaisse. J'ai cerné ce ruban de crayon rouge afin que le Damoiseau puisse bien visualiser la zone collante. J'ai disposé dans des petits bols trois types de petites graines que j'avais dans ma cuisine : pavot, sésame et lin. 

Avant de commencer l'activité, j'ai enjoint Antonin à les observer et à les faire rouler entre ses doigts.


Puis, j'ai posé devant lui la feuille de papier et ai ôté sous ses yeux l'opercule recouvrant la zone collante. Il a touché : ah oui, ça colle ! ;-) Sans que j'ai eu besoin de lui dire quoi que ce soit, il a saupoudré cette zone de graines (une excellente façon de faire travailler "la pince", soit dit en passant), et constaté qu'elles restaient fixées.




Il a longtemps travaillé à la main avant d'aviser la petite cuillère que j'avais posée là sans rien dire... Évidemment, une fois cet outil en main, il ne l'a plus lâché ! (Une excellente façon de travailler les transvasements à la cuillère, soi dit en passant...)


Quand la feuille fut recouverte de graines, je l'ai inclinée au-dessus des bols pour que le surplus y retombe. Antonin a bien observé mon geste et s'est chargé par la suite de cette opération.


Ce petit travail l'a absorbé vraiment longtemps ! La bouille réjouie, il a recouvert la bande de graines (en appuyant du dos de la cuillère pour faciliter l'adhésion !!) puis reversé les graines dans les bols une bonne quinzaine de fois !!

À la fin de l'activité, la table en était parsemée, mais il n'y avait pas une graine par terre... ce qui n'a pas empêché Antonin de passer l'aspirateur dans tous les recoins ! ;-)

J'ai pris la feuille entre mes doigts pour la présenter à la verticale devant les yeux du Damoiseau pour qu'il admire son oeuvre. C'est alors que nous avons remarqué que la lumière du jour, en passant par les interstices minuscules, mettait vraiment ce travail en valeur. L'oeuvre a donc fini scotchée sur la vitre de notre cuisine !!


Alors, laquelle de ces productions, du masque ou du ruban de graines, vous parait la plus artistique ? Je n'ai pas dit "la plus belle", hein ? L'art n'est-il pas authenticité avant tout ?  ;-)

Verser de l'eau


J'ai fini par trouver deux petits pichets pour les versés d'Antonin. Il s'agit de "crèmiers", dégotés dans un grand magasin à mois de 5 euros l'unité. Dans l'idéal, j'aurais aimé que ces pichets soient transparents, afin que le Damoiseau puisse prendre des informations visuelles sur le niveau de l'eau. Mais bon, on fait avec ce qu'on a... une fois de plus.

Si vous voulez une progression complète sur les versés (à proposer à partir de deux ans environ), je vous renvoie au blog École et cabrioles : ici.

Je ne propose pas ce plateau avec les autres, sur nos étagères de travail, pendant nos petites séances quotidiennes, mais ai choisi de le laisser en permanence sur une petite table de la cuisine. Antonin s'y installe librement quand il le souhaite, et je dois avouer que c'est très pratique de ne pas l'avoir toujours dans les jambes quand je prépare les repas ou que je nourris sa soeur ! ;-)

J'aime ces exercices de versés au moins autant qu'Antonin. Ils permettent à l'enfant d'affiner son geste en toute autonomie, avec un contrôle de l'erreur immédiat. Ils incitent à la répétition et génèrent la concentration. J'ajouterai qu'ils se passent volontier de démonstration. Bien sûr, on peut tout à fait faire une démonstration de versés à son enfant si on estime que cela est nécessaire. Mais chez nous, c'est inutile. Est-ce le fait qu'Antonin transvase depuis qu'il est tout petit ? Le matériel induit chez lui l'activité : qu'il se compose de deux bols, avec ou sans cuillère, ou de deux pichets, le Damoiseau sait immédiatement ce qu'il doit en faire. À un âge où on rencontre parfois des difficultés dans le déroulé des présentations montessoriennes, je dois dire que j'apprécie !!

Même l'usage de l'éponge n'a pas eu à être explicité :


Et lorsqu'il a terminé, j'ai le plaisir de constater qu'Antonin prend un grand soin à remettre le matériel tel qu'il l'a trouvé :


Pour finir, je constate avec satisfaction que ce n'est même pas une activité "salissante" : jamais une goutte sur le sol, et rarement sur la table (de toute façon, Antonin les essuie). Pour tout vous dire, je soupçonne mon Damoiseau de provoquer volontairement les accidents pour avoir le plaisir d'éponger !! :-D

vendredi 1 mars 2013

{ Ce moment }

Connaissez-vous le merveilleux blog d'Amanda Blake Soule ?

Elle y a initié une coutume qui fait fureur dans le monde bloggesque : chaque vendredi ou presque, elle publie une photo de sa famille qui illustre un moment agréable de la semaine dont elle souhaite se souvenir. Ces billets s'intitulent tous { This moment } et essaient, dans la mesure du possible, de se passer de commentaire écrit.

Loin de moi l'idée de me plier à cette jolie pratique. Je la trouve un peu trop contraignante et serais bien en mal de trouver une photographie chaque semaine pour l'illustrer. Mais il se trouve que ce vendredi, cela me correspond parfaitement. Car il se trouve que j'ai la photographie d'un moment fort (prise de plus avec notre nouvel objectif flambant neuf, ah, que ça fait du bien, les photos potables sont de retour sur ce blog !) :


Cette photo a été prise mercredi dernier. Le mercredi, c'est désormais chez nous le jour rituel où nous changeons la reproduction d'art du sous-verre de Louiselle. Cette semaine, c'est Antonin qui a choisi la nouvelle oeuvre (Enfants comptant des pièces de monnaie, Bartolomé Esteban Murillo, 1670 - 1675). Et lorsque Louiselle l'a découverte, en se réveillant de sa sieste, elle l'a tout de suite remarqué. Tout au long de la journée, l'un ou l'autre (et parfois l'un et l'autre) ont fait des pauses dans leurs activités pour aller la contempler.

Elle est pô belle, la vie ? ;-)

Excellent week-end à tous !!