jeudi 29 mai 2014

Terre / eau / air # 2


Voilà cinq mois qu'Antonin réprend régulièrement l'exercice de catégorisation terre / eau / air que je lui avais proposé peu de temps après Noël. J'ai donc décidé de faire évoluer cette situation, de façon progressive, pour ancrer sensoriellement et rendre plus scientifique cette première approche des trois éléments.

Nous avons donc repris le globe lisse et rugueux, avons rappelé le nom des deux élements visibles et sensibles (la terre et l'eau), puis j'ai expliqué à Antonin qu'il y en avait un troisième, l'air, que j'ai situé d'un geste de la main autour de la planète. Je lui ai ensuite proposé de remplir trois pots avec ces trois éléments ; à chaque fois je lui demandais de m'aider à les récolter : "Où peut-on trouver de l'eau dans notre maison ? Où peut-on trouver de la terre ?", et j'ai bien senti que c'était une gymnastique pour Antonin que de concevoir le rapport entre la terre du jardin et celle sur laquelle nous marchons, ou encore entre l'eau coulant du robinet et celle se déversant dans les rivières. Quant à l'air, la compréhension de l'existence de quelque chose qu'on ne sent aucunement se fera sur le long terme. J'ai soufflé sur la main d'Antonin, j'ai brassé l'air pour qu'il sente le vent sur sa joue, en lui expliquant que c'était l'air que je faisais bouger, bien que je ne puisse ni le voir, ni le saisir. Il a bien voulu l'admettre ! :-D


En tous cas, le fait concret d'enfermer les trois élements dans nos petits pots de verre a permis deux abstractions supplémentaires : séparer les éléments les uns des autres, et les extraire des milieux dans lesquels on les rencontre.

Laissez l'enfant sentir et toucher le contenu des pots avant de
les refermer, et consolidez le vocabulaire "terre/eau/air"
par une leçon en trois temps si besoin.


Ensuite, le but du jeu est simple : classer des petites photographies en fonction de l'élément auxquelles elles se réfèrent.


J'ai commencé par une serie de photographies d'animaux, pour qu'Antonin retrouve ses marques : il avait l'habitude, dans la séance précédant celle-ci, de ranger ses petites figurines dans leur "milieu de vie" selon leur mode de déplacement. La question que nous continuons donc de poser, pour placer chaque carte, est : "Cet animal marche-t-il, vole-t-il ou nage-t-il ?".


(Ce qui est drôle, c'est que lorsque le Damoiseau fait faire l'exercice à sa petite vache, elle fait beaucoup moins d'erreurs que lui et se montre plus persévérante...!!) :-D

J'ai ensuite préparé une série sur les moyens de transport : "Ce véhicule sert-il à se déplacer  : sur le sol, dans le ciel ou sur l'eau ?". J'ai présenté cette série à Antonin ce matin, et nous en sommes donc là pour le moment.


J'ai ensuite prévu une série "paysages", de façon à amener Antonin à lever le nez des êtres et des objets qui peuplent le monde pour considérer le cadre dans lequels ils évoluent. La question à poser pour pouvoir classer ces photographies est : "Que voit-on dans ce paysage ? De l'eau, de l'air ou de la terre ?"

Et enfin, une série "éléments" au sens plus strict. C'est de loin la plus difficile, et il s'agit alors d'introduire les termes "solide", "liquide" et "gazeux".

Et au terme de cette progression, je me dis qu'on peut peut-être le faire ainsi :

" La terre : je peux en prendre dans ma main, je peux l'attraper. On dit qu'elle est solide. Les solides sont des objets que je peux attraper.
L'eau : je ne peux pas l'attraper, elle coule. Elle est liquide. Les liquides sont des objets que je ne peux pas attraper, mais que je peux quand même sentir.
L'air : je ne peux pas l'attraper, je ne le sens même pas sous mes doigts, je ne vois pas. C'est un gaz. Les gaz sont des objets que je ne peux pas toucher."

OK, il ne s'agit pas d'une définition des trois états de la matière, mais de propriétés, et comme telles, elles ne seront vérifiables que dans 90% des cas seulement. Sans doute. Pour ma part, je pense que ces caractéristiques nous suffiront avant de nous étonner en découvrant les fluides dilatants et autres liquides thixotropiques. :-)

J'ai longuement réfléchi quant au choix des éléments à représenter. Bon, les solides et les liquides ne posent pas de problème en soi, mais pour les gaz... :-/

Tenez, par exemple : un nuage n'est pas un objet "gazeux", car ce que nous en voyons, ce sont des goutelettes d'eau en suspension. Il serait donc à classer parmi les liquides... Hum. Nous garderons donc les nuages pour plus tard... Même problème pour la fumée... Ce que nous voyons, ce sont des particules en suspension (donc, des solides), et non des gaz... 

Il ne me reste donc que les bulles, les ballons, la flamme d'un brûleur à gaz (car pour la bougie, en plus de l'oxygène de l'air qui brule, il y a également la mêche et les corps gras contenus dans la "cire")... D'autres idées ?

Voici enfin une petite activité concrète qui peut s'appliquer à toutes ces cartes, et qu'Antonin aime bien : il s'agit de fixer quelques photos sur la mer ou la terre selon les lieux auxquelles elles se référent... Et pour l'air, on fait flotter les images autour du globe ! :-)


Et bien sûr, plusieurs propositions sont acceptables, et c'est pourquoi j'ai décidé de ne pas mettre en place de système auto-correctif (tel que gommettes collées derière les cartes).

Ces cartes sont téléchargeables en Pdf ICI et en version modifiable .

Enjoy ! ;-)

mardi 27 mai 2014

En ce moment, nous lisons/écoutons (05/14)

Louiselle, 2 ans, lit :


- À propos d'un petit oiseau... qui ne voulait pas apprendre à voler, Mandana Sadat, ed. Grandir, 1999.

Cette auteure a conquis la coeur de la Damoiselle depuis longtemps déjà et son succès ne se dément pas - même si j'avais choisi cet ouvrage à la bibliothèque en pensant plutôt à Antonin. Les illustrations sont superbes, le texte poético-philosophique, et c'est une histoire qui fait grandir... comme je les aime ! :-)


- Sous la pluie avec Bébé Canard, Amy Hest, Jill Barton, L'École des loisirs, Lutin poche, 1995.

Une traduction subtile comme il est rare de pouvoir en savourer. Le texte n'a rien perdu de sa musicalité originelle. Les illustrations sont pétillantes, et... c'est encore une histoire qui fait grandir ! :-D


- Le petit éléphant et les quatre saisons, Édouard Manceau, Milan Jeunesse, 2008.

Mon préféré de la série - que je ne trouve pas toujours formidable, contrairement à la Damoiselle, et malgré mon amour pour les ouvrages de cet auteur en général. Louiselle aime répéter le petit refrain : "C'est le petit arbre qui l'a dit !".


- Toc toc toc, Qui es-tu ?, Nathalie Dujardin, Marie Paruit, éd. Ameterra, 2012.

Celui-ci, Louiselle le connait par coeur, et le "lit" toute seule. Elle a parfaitement compris la chute, qu'elle reformule, hilare : "C'est un oeuf en chocolat !!". Très sympa pour évoquer avec l'enfant la diversité des animaux ovipares.


- Picture book, Ian Beck,  Scolastic, Hippo, 1994.

Offert par la grande tante des enfants il y a déjà plusieurs mois, c'est désormais LE livre attitré de la Damoiselle lorsqu'elle siège sur son pot. Encore une fois, elle le "lit" seule (c'est un imagier, qui ne comporte qu'un mot par page) et raffole de l'image du chien. Superbes illustrations à l'aquarelle, oniriques et fraîches.

Antonin, 3 ans, lit :


- Les trains, Emmanuel Chanut, Donald Grant, Bayard, Encyclopédie Youpi, 2008.

Un classique qui ne peut pas laisser un enfant de trois ans indifférent ! :-)


- L'imagerie photos de la nature, éditions PlayBac, 2002.

Encore un classique de cette petite collection - Moustilou la souris a rapidement pris un coup de vieux, je trouve, mais mes enfants l'aiment bien... Ces petits documentaires-photos sont bien représentés dans notre bibliothèque, ils sont très riches, et proposent différents niveaux de lecture, avec de petites questions auxquelles peuvent s'amuser à répondre les plus grands.


- La balade de Max, Gauthier David, Marie Caudry, Albin Michel, 2007.

THE coup de coeur de toute la maisonnée. Antonin a eu beaucoup de mal à le rendre à la bibliothèque, il va falloir que nous le réempruntions très vite !  Une merveilleuse (dans tous les sens du terme) histoire sans parole, pleine d'humanité et d'espièglerie. Un parfum de liberté et de vie sauvage, dans un très large format - il faut bien cela pour contenir les mutiples échelles de cet univers magnifique !


- Trop petit, Jerôme Ruillier, Casterman, 1998.

Encore une histoire qui fait grandir... d'un de mes (nombreux) chouchous Jerôme Ruillier. "Je veux faire l'oiseau, dit l'oisillon. - Il est trop tôt, lui disent ses parents, tu es encore trop petit...", telle est l'accroche de ce petit récit à structure répétitive. Une accroche qui ne pouvait que m'accrocher, justement, moi qui m'efforce de bannir de mon vocabulaire cette réplique sans réplique : "Tu es trop petit...". Antonin réclame très souvent la lecture de cet album et s'amuse beaucoup à se le raconter pour lui-même.


- Ah !, Josse Goffin, Réunion des Musées Nationaux, 2003.

Ah ! Que j'aime quand mes enfants adhèrent à mes coups de coeur ! Les livres d'art font partie de mes propositions depuis qu'ils sont bébés, et je dois dire que lorsque je vois Antonin avec ce livre, je me dis qu'au moins sur ce terrain, j'ai assuré dans mon rôle de "médiateur"... Car ce livre n'est pas le préféré du Damoiseau... Non, non. C'est le préféré... de la P'tite vache ! D'où le fait qu'il soit feuilleté dix fois par jour en ce moment. Antonin prend bien soin, avec tendresse, de maintenir sa peluche de manière à ce qu'elle puisse jouir des illustrations "à coulisse". Et puisqu'il n'y a pas de texte, il faut expliquer, décrire, faire des liens, pour que la P'tite vache comprenne bien tout, vous voyez ? "Là, c'est une statue cassée, et un pélican, regarde : c'est le même que là... Et ça, une coupe avec un cheval... dans un arbre...".  C'est un livre insolite (ce qui, comme le rappelle la quatrième de couverture, ne dérangera que les adultes...), naïf et frais : un régal !

Je lis :

(Du moins, je débute tout juste...  :)


Et ça a l'air aussi abordable que passionnant ! :-)

Nous écoutons :

... en boucle...



... mais alors, vraiment en boucle, hein ?


... surtout les premiers titres... Car Antonin n'aime rien tant que lancer un CD, écouter avec ravissement les premiers morceaux (voire les premières mesures...), l'arrêter...


... et le relancer ! Les trois CD sus-nommés sont vraiment excellents, mais il va falloir que j'en glisse d'autres sous la main du Damoiseau, sinon ma tête va exploser  ! :-D

Et vous, que lisez-vous/écoutez-vous ?  :-)

lundi 26 mai 2014

Cartes de nomenclature : fruits et légumes de printemps

Je sais bien vous avoir promis pour aujourd'hui un article sur l'aménagement de notre atelier... mais voilà : les petites idées en engendrent de plus grandes, et finalement ce n'est pas une modeste modification que va subir cette pièce, mais bien un véritable raz-de-marée organisationnel ! :-)

Je crois avoir enfin trouvé comment 1. Pousser les murs pour organiser un espace "graphisme". 2. Développer la surface de nos étagères pour les plateaux de vie pratique, dont le nombre s'accroit au fur et à mesure que la Damoiselle grandit. 3. Faire en sorte que notre "table de la nature" reçoive la lumière dont les plantes ont besoin. 4. Aménager l'espace "table lumineuse" de manière à proposer des matériaux spécifiques à proximité.

Tous les problèmes d'aménagement ne seront pas encore résolus, mais je dois dire que je suis satisfaite de mes petites idées. En tout cas, dans ma tête, elles "rendent" assez bien... Reste à voir dans la vraie vie... Je vous donne donc rendez-vous sur ce sujet dans quelques coups de pinceaux et une visite à mon magasin préféré (notre magasin de bricolage, oui), et pour aujourd'hui, et bien...


... pour me faire pardonner, je partage avec vous mes dernières cartes de nomenclature : celles des fruits et légumes de printemps

C'est une selection très fraîche, qui met du baume au coeur, vous ne devriez plus m'en vouloir après cela ! :-D

Le lexique est assez exigeant ; il est à parier que ces cartes apprendront des noms de plantes à bien des adultes aussi... Tant mieux : elles feront du profit, et je n'attends pas que mes enfants maitrisent à la perfection la reconnaissance de toutes ces plantes dans quinze jours. Mais je leur fais confiance pour "absorber" à leur rythme, sur plusieurs années s'il le faut, cébette, ail des ours et autre bourrache, surtout que nous essayons toujours d'associer l'apprentissage des noms à la récolte des légumes en question, à leur préparation et à leur dégustation.

Ces cartes sont téléchargeables en version modifiable ICI et en Pdf ICI

Pour mémoire, les cartes de nomenclature des fruits et légumes d'été, c'est ICI, celles d'automne sont , et celles d'hiver ICI.

Enjoy ! ;-)

jeudi 22 mai 2014

Exposer les oeuvres - système D

"La créativité n'émane pas d'un individu.
C'est un projet interactif, social, qui nécessite un contexte lui permettant d'exister, de s'exprimer, de devenir visible."
Carlina Rinaldi


Dans la pédagogie Reggio, il est essentiel d'afficher les oeuvres des enfants dans un espace consacré. L'exposition des oeuvres fait partie intégrante du processus de création, et relie les enfants d'une même classe entre eux. Je ne parle pas, bien sûr, de ces placardages de couloirs d'école qui s'adressent essentiellement aux parents, mais bien d'un large espace consacré, dans la classe, à hauteur de vue des élèves et à portée de mémoire.

Pouvoir contempler son travail achevé, pouvoir s'y référer, remplit a posteriori l'activité de sens : voilà en vue de quoi je suis resté concentré si longtemps sur ce dessin, voilà pourquoi je l'ai repris plusieurs fois. Ceci est le point où j'ai décidé de m'arrêter, considérant l'oeuvre achevée. À présent, je peux observer, décrire et commenter ce que j'ai créé à partir de rien.


Voilà longtemps que j'ai repéré l'endroit idéal, dans notre atelier, pour notre "mur d'oeuvres"... Hum, en fait, il s'agit du seul mur ne pouvant supporter d'étagères, puisqu'il surplombe l'escalier qui mène à la pièce...


Mais jusqu'à il y a quelques jours, j'étais bêtement bloquée dans mon projet d'aménagement. Non pas que je ne vois très clairement ce à quoi ressemblemblera ce mur, in fine. Je le veux couvert de sous-verres encadrés ; les cadres seront identiques, non en taille ni en forme, mais ils seront fabriqués avec les mêmes baguettes, peintes de la même couleur. C'est toujours le principe que l'on retient en pédagogie Reggio : on cherche à proposer des contenants, par exemple, qui soient identiques en tous points - sauf quant à leur taille, qui s'adapte aux différents items à contenir.


Mais bref. À chaque fois que j'ai voulu investir dans ces fameux cadres, le prix m'a arrêtée. Arg, ce n'est pas donné, ces petites choses... :-(


Je ne sais pas pourquoi je n'y ai pas pensé plus tôt. Il y a deux jours, j'ai décidé de coller les oeuvres de mes enfants sur des feuilles de papier noir (3 euros les 20 en papeterie). Voilà pour mes "cadres", qui valorisent visuellement les travaux en leur conférant une certaine profondeur, et les "isolent" les uns des autres. J'ai ensuite plastifié chaque ensemble. Et voilà pour mes "verres", qui protègent et subliment.

Quelques boules de gomme de blu-tack plus tard, j'ai mon mur d'expo !! :-)


Bon, le seul bémol, c'est que je suis obligée de ne retenir que les "petites" oeuvres, étant donné le format des pochettes à plastifier...  

Mais, bien sûr, c'est du provisoire. Un jour, nous aurons un beau mur (fraichement repeint) orné de cadres homogènes... Un jour ! :-)

D'ailleurs, mon prochain article concernera également un petit pas dans l'aménagement de notre atelier... qui prend donc forme un peu plus chaque jour ! :-)

mercredi 21 mai 2014

Bienvenue chez Boubou ! ;-)


Je vous invite aujourd'hui chez Boubou, une lectrice fidèle qui m'a envoyé des photos de son petit aménagement montessorien il y a quelques semaines. Elle a installé cette ambiance pour son fils de 20 mois, dans la troisième chambre de la maison qui sert à la fois de chambre d'amis, de pièce de musique, etc. 

Boubou est avide de connaître vos ressentis et vos remarques, alors n'hésitez pas à lui dire ce que vous en pensez ! :-)

Pour moi, j'avoue être très admirative ! Voyez plutôt le détail de son installation :


Boubou a commencé tout simplement par acheter une étagère chez "le suédois" ; pour l'instant, ce meuble est brut, mais elle y passera peut-être un coup de pinceau cet été pour y mettre de la couleur.


L'étagère la plus basse est orientée "Reggio" ; elle propose un petit miroir de fabrication maison, quelques pots de plumes, pompons et carrés de mosaïque, des coquillages et des pommes de pin chinés dans un vide-grenier.


Les deux étagères suivantes supportent quelques activités simples de vie pratique : transvasement de grosses graines à la cuillère, versés (la grande passion du petit Soren !) et insertion de bâtonnets dans un flacon...




La dernière étagère est consacrée aux jeux éducatifs, que Boubou fait tourner régulièrement. Bien sûr, il y a toujours des remaniements à faire : Boubou m'explique par exemple qu'elle va supprimer les bouteilles d'eau colorées de la rotation, qui n'ont plus de succès depuis quelques mois... C'est l'essence même d'un aménagement qui s'adapte à l'enfant : il faut toujours tout repenser en permanence !! :-)


Un peu plus loin, un ensemble table/chaise trouve sa place. C'est effectivement très important que l'enfant ait le choix, pour chaque activité, de la pratiquer au sol ou attablé. Et certaines activités ne peuvent se réaliser précisement qu'assis ! Sans compter que c'est un support indispensable à certaines activités de vie pratique - laver la table... et oui ! ;-)

L'illustration (très chouette !) qui orne la table est destinée à être accrochée au mur.

Soren est ravi de cet aménagement ; il adore se rendre dans cette jolie pièce... dont la porte reste fermée quand ce n'est pas le moment.

Et le moment que sa Maman préfère, c'est de le voir prendre le tapis pour le dérouler avant toute activité... Trop mignon !! ;-)

Qu'en pensez-vous ? :-)


P.S. N'hésitez pas à m'envoyer vos propres photos d'aménagement de l'espace reggien/montessorien/waldorfien. Comme le dit si bien Boubou, les publier peut permettre de partager nos idées !!! :-)

dimanche 18 mai 2014

Notre semaine (20/14)

Une semaine très riche vient de s'écouler chez nous ! :-)

Côté apprentissage, c'est l'explosion chez Antonin, qui nous épate avec des tournures de phrases de grand, reflétant des préoccupations de grand et une compréhension du monde de grand... Et ceux d'entre vous qui n'ont pas été assez servis en activités montessoriennes ces dernières semaines vont en prendre plein la vue, vous voilà prévenus !! ;-)


Antonin a découvert le globe lisse et rugueux, qui lui a beaucoup plu. Nous lisons, en parrallèle, L'espace à toucher de Benjamin Bécu, emprunté à la bibliothèque, ainsi que de nombreux atlas. Enfin, j'ai fait découvrir au Damoiseau les 8 premières minutes de Gravity d'Alfonso Cuarón, que vous visionnons sans le son. Car à quoi bon, n'est-ce pas ? Comme le rappellent les premières phrases du film, dans l'espace, il n'y a rien pour transporter le bruit. Et contempler en silence notre joyau de planète émergeant de ses mousselines de nuages, c'est si reposant ! Et tellement réaliste, c'est incroyable. Je regrette simplement qu'on ne voit pas la Terre en entier lors de ces premières minutes... mais nous voyons un bel engin spatial, et des astronautes...

Cela peut paraitre vraiment abstrait pour un enfant de trois ans, n'est-ce pas ? Mais il me semble qu'Antonin a tout compris. Et depuis cette mini-séquence, il construit des "navettes spatiales" en 3D... plus vraies que nature ! :-D


L'autre domaine qui le passionne, c'est, vous le savez, la numération. Comme je vous l'annonçais il y a peu, j'ai décidé de nourrir son attrait pour le dénombrement, de peur qu'il ne s'étiole... Je lui ai proposé deux jeux cette semaine, qu'il réclame inlassablement.

Le premier est un porte-perles montessorien. Le but de l'exercice est simple : l'enfant compte les perles de chaque chaîne et les associe au nombre représentant la quantité dénombrée.

Source de l'image

Mais derrière sa simplicité, c'est un matériel qui permet d'exercer de multiples compétences


- D'abord, l'enfant dispose les nombres dans l'ordre de la suite numérique. Une réglette amovible posée sur le plateau l'aide dans un premier temps.

(Vous remarquerez que mon porte-perles est en réalité un modéle qui permet de travailler les nombres de 11 à 19, que j'ai modifié en ôtant la moitié des crochets et en ré-écrivant les nombres travaillés au dos des plaquettes... Il fera plus de profit, car je le reconvertirai le moment venu !) 


- Ensuite, l'enfant dénombre. Encore et encore. Son geste doit être précis, car les perles sont de petite taille. Ce faisant, il se familarise avec ce matériel montessorien archi-classique que sont les chaines de perles. Leur disposition "en triangle" permet de visualiser le fait qu'une unité sépare deux nombres qui se suivent dans la suite numérique. 


- Enfin, accrocher chaque chaine à son crochet muscle les doigts scripteurs. C'est un geste qui plait beaucoup à Antonin !

Et voici le deuxième jeu, bricolé à partir d'un awalé :


Vous reconnaissez le principe de la boite de fuseaux... Cette fois, il faut dénombrer les éléments en tant qu'unités séparées.


La différence majeure avec la boite de fuseaux, c'est que la notion de "groupe numérique" n'est pas travaillée ici, puisque l'enfant ne lie pas les éléments ensemble (comme il lie les fuseaux avec un élastique). Mais elle est travaillée à travers les chaines de perles, et les deux exercices sont ainsi complémentaires. D'autant que je doute fort que mon Damoiseau ait la patience et la dextérité requise pour manipuler un élastique... N'oublions pas que cet exercice des fuseaux a été pensé pour des enfants plus grands que lui d'un an !


Vous remarquez aussi que j'ai introduit le nombre "10", qu'Antonin commençait à déduire en situation. Il est très fier de savoir lire un nombre à deux chiffres ! Et n'a pas manqué de remarquer qu'il en existait plein autour de lui, en particulier au dos des plaquettes du porte-perles. Alors, l'air de rien, il a voulu les utiliser. "Ah, Antonin, lui ai-je dis, tu vas avoir des difficultés pour faire ce travail avec ces nombres-là. Tu ne sais pas encore les lire, ce sera pour un peu plus tard". Le Damoiseau n'a pas insisté. Mais quelques minutes plus tard, il est allé cherché ses chiffres "à écrire", les a étalés devant lui, les a bien observés, puis m'a demandé gravement : "Bon, Maman, ils sont OÙ les chiffres que je ne sais pas encore lire ?". :-D

La suite dans quelques semaines ! :-)

Ah, et j'espère toujours que cette progression en mathématiques ne soit pas déconnectée de celle en vie sensorielle... Je sais, ça n'en prend pas le chemin, mais j'ai quand même trouvé un stratagème pour intéresser (enfin !) le Damoiseau à sa tour rose !!

Du plus grand au plus petit...

J'ai simplement imprimé sur des feuilles A4 les carrés roses correspondant aux bases des cubes... Succès immédiat, et Antonin manipule sa tour tous les jours depuis cela ! 

... ou dans le désordre !

Mes objectifs sont atteints : Antonin est amené à discriminer les dimensions (par la vue et grâce au poids des cubes), il s'exerce à un geste précis, peut s'auto-évaluer, et expérimente le système décimal de manière sensorielle.

Prochaine étape : je découpe les carrés roses pour qu'il soit plus facile de les comparer les uns aux autres en les juxtaposant... À suivre ! :-)

Dernier point concernant les apprentissages récents du Damoiseau, ses premières tentatives spontanées de graphie !

"Regarde, Maman, j'ai écrit L comme Louiselle !"

Ses lettres favorites sont le L et le J, parfois le O et le U... L'autre jour qu'il cherchait comment tracer un P, je l'ai engagé à aller chercher son abécédaire à toucher, de chercher la lettre, et de la repasser avec ses doigts. Puis nous l'avons tracée ensemble (j'ai guidé sa main). Il était ravi de découvrir qu'il avait dans ce livre une aide précieuse qu'il pouvait utiliser tout seul...

"J"

Cela me fait rire qu'Antonin se mette à tracer des lettres alors qu'il n'y a encore aucun dessin de bonhomme à l'horizon ! :-D

Et je m'apprête à réaménager un plateau de sable, à ressortir nos formes à dessin, et  à organiser un espace "graphisme" dans notre atelier... Une fois de plus : à suivre ! ;-)

Pour le reste, nos petites activités suivent leur cours...


Beaucoup d'arts plastiques, en particulier travail à la gouache ou à l'aquarelle...

Énorme succès, l'aquarelle !!

Beaucoup de travaux au jardin, qui se métamorphose à vue d'oeil... Et quand on ne jardine pas à l'extérieur...

... on s'y entraine en intérieur !

Les séances de Louiselle ont repris avec la rentrée scolaire, et gravitent principalement autour de la première boite de couleurs. Mais vendredi dernier, je lui ai proposé un nouveau plateau :

Un plagiat Un respectueux hommage au premier plateau
de cet article culte-là

Objectif : apprendre à observer à l'aide d'une loupe.


La Damoiselle s'en est sortie comme une chef. Elle n'a même pas eu ce reflexe qu'on souvent les jeunes enfants de coller la loupe à son oeil, et elle a observé tous les éléments avec beaucoup d'attention en répétant : "C'est gros !".


Ce plateau est laissé à disposition depuis, dans notre cuisine, sur notre petite étagère de vie pratique.


Et je termine sur la vie pratique, justement...


Nous avons une une magnifique séance d'entraide dans l'atelier cette semaine...

Louiselle s'interesse fort à notre support à boulons, depuis longtemps, déjà. Mais contrairement à son frère, qui le maitrise parfaitement à présent, elle a beaucoup de difficulté à coordonner ses deux mains... Cette semaine, elle l'a repris, et a commencé à s'acharner comme elle sait si bien le faire...


... ce que voyant, Antonin a interrompu son activité pour lui venir en aide : "Louiselle, je vais te montrer... Il faut tenir comme ça..."


À quatre mains, ils en sont venus à bout ! :-)

Bonne semaine chez vous ! ;-)