mercredi 31 décembre 2014

Décembre 2014 : Mathématiques

Antonin a 3 ans et 11 mois.

Cf. ICI

Il se trouve qu'une de ses enseignantes étant malade, Antonin n'est allé à l'école qu'à mi-temps les trois semaines précédant les vacances... Il a été très en demande d'activités exigeantes (principalement en numération), et vous allez voir que dans ce domaine, nous n'avons pas chômé ! ;-)

Cf. ICI

J'ai en tête une progression très rigoureuse en numération - que le Damoiseau se charge d'ailleurs de bousculer allégrement depuis le début de ses apprentissages. Pour moi, il faut d'abord que l'enfant comprenne ce que signifie "dénombrer" (faire correspondre un mot-nombre à un objet), tout en commençant, en parallèle, à mémoriser la comptine numérique ("1, 2, 3..." etc.). On se focalise ensuite sur les nombres de 0 à 10, que l'enfant apprend à lire, toujours de façon ludique et concrète, en les associant aux quantités qu'ils désignent. Cette étape est aquise par Antonin depuis longtemps... à une coquetterie près : une confusion récurrente entre le "6" et le "9" - non mais quelle idée aussi d'utiliser des signes aussi proche graphiquement...

Source de l'image

Lecture de chiffres

Il s'agissait donc de faire un sort à cette petite hésitation, avant de passer à la suite. Ce que nous avons fait avec beaucoup de plaisir grâce à un petit jeu que je vous conseille fortement : il s'agit de "cacher" (comprenez : "placer bien en évidence"...) les chiffres (ou les lettres, les images, les mots, où quoi que vous vouliez que l'enfant identifie) en demandant à l'enfant de ne pas regarder. Cacher ses yeux en enfouissant son visage dans le canapé rappelle les jeux de cache-cache et plante tout de suite une atmosphère ludique. De plus, c'est une première manière d'amener l'enfant à renoncer à son sens de la vue - ah, que j'ai hâte que les activités "en aveugle" puissent être menées à la maison ! ;-)


On procède par "manches" de trois éléments (ici, trois chiffres, comprenant toujours le 6 et/ou le 9) que l'on dispose dans la pièce. Puis on demande à l'enfant d'ouvrir les yeux et de trouver le 5... le 3..., etc. Et on recommence illico avec trois autres chiffres. Ce jeux plait tellement à Antonin qu'il l'a proposé à Louiselle... mais je vous en reparlerai dans mon volet mensuel sur le langage ! ;-)

Mise en correspondance nombres/quantité


Antonin réclame son fichier de mathématique tous les jours. Le fichier Kumon est orienté uniquement sur le graphisme, ce qui découragerait volontier mon Damoiseau si je ne lui proposais pas, en alternance, d'autres exercices plus ludiques récoltés à droite ou à gauche. Je vous conseille en particulier cette ressource mise à disposition sur le blog Family&co, qui contient de très beaux exercices en couleurs de points à relier archi-progressifs... C'est précieux ! :-)

Mais puisqu'il est hors de question de limiter chez nous le travail mathématique à des exercices sur fiches, Antonin manipule quotidiennement.

Voici ses exercices préférés :

- Épingler des pinces, sur lesquelles j'ai tracé un certain nombre de points, sur les chiffres rugueux correspondants.


- Enfiler sous chaque nombre la quantité de perles correspondante. Voici une variante d'une activité à laquelle je suis particulièrement attachée en Moyenne section : la fabrication par l'enfant de sa frise numérique.


Osez dire que ça n'est pas magnifique !!!
(Comment ça, vous osez ?) :-D


- Mettre en correspondance plusieurs écritures d'un même nombre (chiffres, constellations, doigts). Nous nous servons d'un jeu de cartes téléchargé sur Charivari. Ici, bien sûr, Antonin ordonne lui-même la première série de cartes de 1 à 10.


Vous noterez que pendant tout ce temps, les petits doigts travaillent autant que les neurones - et, j'ose le dire, en connexion étroite avec le travail de l'esprit.

Numération au-delà de 10 : découverte...

Bon, Antonin ne se lasse pas du type d'exercices sus-mentionnés, mais il faut bien avouer que tout est acquis à 200%. Mon idée - toujours en suivant ma belle progression idéale - était d'entamer ensuite un travail de fond sur la pyramide de perles. Ce travail aura cours - pas question de le zapper ! - mais ce sera pour le mois de janvier, car le Damoiseau en a décidé autrement.

ANTONIN
Maman, pourquoi les exercices s'arrêtent toujours à 10 ?

MOI, en espérant bien m'en tirer par un vice logique
Parce que tu ne sais pas encore écrire "11".

ANTONIN, très simplement
Si, je sais. Un "1" suivi d'un "1".

Arg.

Pas question que ce beau savoir se construise "en roue libre", il s'agit là de toute la compréhension de notre système décimal "de position"... J'ai donc décidé d'expliquer à Antonin comment se construisait les nombres à deux chiffres :

- Je lui ai demandé d'abord de "m'écrire" les nombres de 10 à 13 avec les barrettes de perles - ce qu'il sait faire depuis quelques semaines, j'essaie toujours d'ancrer les nouvelles connaissances dans le connu.


- J'associe ensuite l'écriture chiffrée (téléchargée ICI sur le Blog "Le coin Montessori") à cette écriture "perlée" : il ne s'agit que de nombres connus. "11, c'est 10 et 1", "12, c'est 10 et 2", "13, c'est 10 et 3".


- Mais voilà : tout cela prend un peu de place, et puis c'est long à dire. Alors on appelle "10 et 1" ONZE, et on l'écrit... ABRACABRA !! "Comme ça !" : je joins le geste à la formule magique, et je place le 1 sur le zéro du 10. Je procède de même pour les autres nombres.


- On termine par une leçon en trois temps - la reconnaissance des nombres 11, 12 et 13 peut mettre plusieurs séances à s'ancrer, en lien avec les manipulations ultérieures.

L'enjeux de cette présentation est de taille : l'enfant doit comprendre que le "1" situé le plus à gauche, désigne, de par sa position, la valeur "10".

Dans les exercices suivants, les chiffres suppérieurs à 10 sont toujours "à construire" : je fournis à Antonin le kit de la table de Seguin et il doit reconstituer lui-même le 11, le 12 ou le 13, que je ne donne jamais imprimés tels quels. Je verbalise à tout bout de champ, sans craindre la répétition : "Oui, 11, c'est 10 et 1", "10 et 3, c'est 13", etc.

... et application.


J'ai imprimé la "Roue du dénombrement" sur Family&co, et j'ai demandé à Antonin de m'indiquer, à l'aide de ses perles colorées, comment je devais colorier les petits cercles. Il comptait donc le nombre de points dans chaque quartier, trouvait la barrette de perles correspondante dans sa boite et me donnait la consigne adéquate. J'ai ensuite plastifié la roue et proposé des pinces à linge sur lesquelles j'avais écrit les nombres correspondant aux quantités.


Le Damoiseau était très fier de réaliser, pour une fois, un exercice qui allait jusqu'à 12, et cette roue compte encore aujourd'hui parmi ses exercices favoris. Même Louiselle prend plaisir à placer les pinces - sans pouvoir lire tous ces chiffres bien sûr, et ses "erreurs" mettent son grand frère hors de lui...

"C'est comme un soleil !"

Et puis, on reprend, bien sûr, les bons vieux exercices familiers qu'Antonin connaît si bien que je n'ai même pas besoin de lui expliquer quoi faire - mais en les prolongeant jusqu'à 13.


- Ici, il s'agit d'une mise en correspondance d'objets disparates : j'ai mis dans un panier 1 oeuf en porcelaine, 2 rondelles de bambou, 3 pierres blanches, etc. L'enfant doit dénombrer une catégorie d'objet avant de la disposer sous le nombre écrit correspondant.


- Et là, c'est le même exercice, avec des objets identiques (soit 91, ne vous trompez pas en amont, le fait de "tomber juste" sert de contrôle de l'erreur !).


Croyez-vous qu'après avoir dénombré toutes ces noix, Antonin était fatigué ? Non : il s'est empressé de recommencer l'exercice depuis le début avec des perles de verre ! :-O

Jeux divers


Une grande nouvelle chez nous : la ludothèque et ses merveilles ont fait irruption dans notre vie ! Je l'apprécie particulièrement pour les superbes puzzles et jeux de société qu'elle propose, mon budget ne me permettant pas de "nourrir" mes enfants sur ce plan hautement mathématique...

"Au pré gourmand", Haba

Mais pour les petits porte-monnaies, il y a toujours les bons vieux classiques : de simples photos coupées en 4 font en ce moment le bonheur de mes enfants, et correspondent tout à fait aux compétences du Damoiseau ! ;-)


Je reviens bientôt pour le volet "langage"...

Je tenais à vous souhaiter une bonne fin de dernière journée de l'année, et à vous dire que je lis avidement vos commentaires - sans trouver toutefois le temps d'y répondre pour le moment. Si vous saviez le rythme que je tiens ces derniers jours, vous seriez très étonné que j'ai pu écrire 5 articles en une semaine... Pour moi, je n'en reviens pas ! :-o

Bon réveillon ! :-)

lundi 29 décembre 2014

Décembre 2014 : Sensoriel

Antonin a 3 ans et 11 mois.
Louiselle a 31 mois.


Alors, voilà : les articles pseudo-hebdomadaires, qui s'intitulaient depuis un an "Notre semaine" deviennent des publications mensuelles ! Quatre à cinq fois plus longues, donc, en théorie... Je suis en recherche quant à une formule adaptée pour présenter nos activités pédagogiques sans lourdeur, et je me dis : pourquoi ne pas publier ces articles découpés par domaines d'activité ? C'est bien sûr complètement artificiel, puisque tous les savoirs sont interpénétrés... Mais c'est une présentation qui a le mérite d'être claire et familière, peut-être est-ce une solution ?

Dites-moi ce que vous en pensez ! ;-)


Voici donc pour aujourd'hui le premier volet de nos activités mensuelles, axé sur le sensoriel ! :-)


J'ai exhumé l'escalier marron de nos cartons, et Antonin, qui ne s'y était jamais intéressé, s'est empressé de le monter parfaitement "pour montrer à Louiselle"... :-/


Du coup, je l'ai autorisé à mixer ce matériel avec la tour rose. Ce qu'il a fait, secondé par sa petite assistante, d'une manière très personnelle.


J'ai enfin proposé la mise en paire thermique que je projetais depuis des mois. Idéalement, la température de l'eau doit être vérifiée avec un thermomètre (37, 47, 27 et 17°C). J'ai procédé beaucoup moins scientifiquement, en plaçant une paire de bouteilles (les nôtres ont contenu du yaourt liquide) au réfrigérateur ; j'ai rempli la deuxième d'eau tempérée, et j'ai proposé une graduation d'eau tiède et presque chaude pour les deux dernières. Les mises en paires n'ont posé aucun problème à Antonin, et les enfants ont vraiment apprécié cette activité - le vocabulaire associé "glacé", "tiède", etc. est bien intégré.


L'inconvénient, bien sûr, c'est que c'est une activité qui doit être "consommée" dans les minutes qui suivent la préparation... Mais elle vaut vraiment le coup, je trouve, d'autant qu'on la proposer à tous âge - les enfants plus grands peuvent d'ailleurs se charger de remplir eux-mêmes les bouteilles.

Quelques semaines plus tard, je réitérais, en ne préparant cette fois qu'une série de bouteilles et en proposant à Antonin de les ranger en les ordonnant, de la plus froide à la plus chaude. C'était la première fois que je proposais à Antonin de faire une graduation ("ranger du plus... au moins...", ou inversement), et il s'est acquité de sa tâche sans l'ombre d'une hésitation. Voici donc un nouvel exercice à décliner à toutes les sauces (plus ou moins rugueux, plus ou moins aigü, plus ou moins rouge...), à suivre ! :-)


Dans le même registre, il y avait longtemps que je voulais proposer une mise en paire olfactive. Dans un premier temps, j'ai joué à l'apprenti-sorcière et essayé de concocter 5 "parfums" à base d'infusions bien concentrées dont j'ai imprégné ensuite de petits morceaux de coton. Je craignais (peut-être à tort...) de faire inhaler des huiles essentielles et j'avoue m'être donné un peu de mal... pour constater assez vite que l'activité était totalement hors de portée de mon Damoiseau (et même assez difficile pour les adultes présents...).

Mais une activité n'est jamais proposée en vain. Si les mises en paire était infaisables, les enfants ont quand même pris beaucoup de plaisir à humer le contenu des flacons. L'expérience sensorielle fut bien effective ! Ce qui me décida à réaménager l'activité beaucoup plus simplement...


J'ai cette fois limité le nombre de flacons à 3 paires, et disposé à l'intérieur des épices aux parfums très contrastés (ici, cumin, cardamome et clou de girofle).

Bien sûr, les enfants s'appuient sur la vue pour effectuer les mises en paire, mais cette première version de l'exercice leur permet tout de même d'exercer leur sens olfactif. À complexifier progressivement tout au long de l'enfance... et même après ! ;-)


Et puisque le temps est resté très doux jusqu'à tout récemment, les enfants ont beaucoup joué dehors... Être dehors, c'est déjà faire une expérience sensorielle...!! Mes propositions en extérieur ne recevraient pas le même accueil, j'en suis sûre, si je les faisais dans la maison...


Ici, sur une table basse, j'ai disposé : nos petits miroirs incassables, divers matériaux (billes chinoises, mini-cubes, et sel fin) et outils (pinceaux brosses, petites cuillères).


Je n'ai même pas eu le temps de photographier ma proposition : les enfants se sont jeté dessus ! :-)


Je voulais tester nos miroirs en extérieur depuis longtemps, et je n'ai pas été déçue. C'est vraiment magique de manipuler sur un fond... de ciel ! Surtout quand il est bleu ! ;-)


Je sais à présent où acheter les billes chinoises... : en magasin de jouets, tout simplement ! Bien oui, ce sont des billes, après tout ! :-)


Les enfants ont transvasé - à la cuillère, à la main ou au bol, il ont tracé - au doigt ou au pinceau. Ils ont assemblé, compté, décrit. Mais ont catégoriquement refusé de ranger. "Non, Maman, on veut garder tout ça sur la table POUR TOUJOURS." Grrr. Je n'ai pas réussi à les convaincre, et j'ai fait le ménage en solo... :-(


À très bientôt pour la suite de ma récap'... volet "mathématiques" !! :-)

dimanche 28 décembre 2014

Sous le sapin, il y eut...


Sous le sapin cette année, il y eut tout d'abord les cadeaux des enfants aux adultes. Antonin et Louiselle furent très heureux d'être les premiers à "être le Père Noël" et à déposer en primeur, le 24 au soir, leurs présents sous le sapin dans les chaussons des Grands. 

Sous le sapin, il y eut donc beaucoup de dessins (parfois roulés et enrubannés comme dans Ernest et Célestine...), des moulages de leurs mains dans l'argile... et des collages colorés. Je voulais faire la preuve que l'on pouvait impliquer sincèrement les enfants dans la réalisation de leurs travaux tout en obtenant un objet esthétique. Ici, les enfants ont chacun choisi une couleur (pas plus d'une par séance) ; je leur ai donné à chacun un plateau avec la consigne de récolter, dans l'atelier, des matériaux de la dite couleur. Une chasse aux couleurs, en somme. L'enfant colle ensuite librement les élèments qu'il sélectionne dans sa réserve sur une belle feuille colorée, et le tour est joué. Ces cadeaux-là ont beaucoup plu !

Antonin (Rouge et Bleu), Louiselle (Brun et Jaune).

Et sinon, pour les enfants, sous le sapin, il y eut :

... plein de cadeaux parsemés de petits lutins ! :-)

- Des livres. Cadeaux de prédilection des oncles, tantes, grands-oncles, grands-tantes et grands-parents, à raison ! Un livre ne laisse jamais mes enfants indifférent. En l'occurrence, ils en reçurent huit, et que du bon. Mention spéciale pour "Quatre points et demi", de Yun Seok-jung et de Lee Young-kujung, offert par la Mamayou des enfants.


- Deux parapluies-abeilles... (ou comment réaliser un rêve de longue date à moindre coût !).


- Deux trottinettes à trois roues.


- Un circuit à billes Play Tive, franchement difficile à monter sans aide, mais d'un excellent rapport qualité-prix.


- Des puzzles séquentiels Play Tive. En bois bien solide, une fois de plus, rien à redire sur la qualité. Les séquences de 10 images sont encore hors de portée des enfants, mais pas pour longtemps.


- Une ardoise magique Tommy... très appréciée des adultes également.


- Un petit lot de grosses perles pour enrichir notre stock (toujours Play Tive, RAS).

 
- Un coffret de Playmags.


- Un puzzle "triangle" 3D. Le genre de jeux si intelligent que je ne vois pas comment je vais résister au plaisir d'en acheter une demi-douzaine...


- Une belle maison forestière de JeuJura, achetée en vide-grenier pour une bouchée de pain... et remisée pour un peu plus tard, car franchement difficile à construire sans aide pour l'instant.

- Un camion poubelle et un camion de pompier miniatures. Je suis très mitigée face à ce double achat : je n'avais pas vu que le camion-poubelle nécessitait des piles (heureusement, l'effet sonore est très discret) et le camion de pompier me semble de piètre qualité. M'enfin, les enfants les adorent !


 - Une ferme agrémentée de quelques figurines Schleich.


Bien sûr, c'était le cadeau "phare",  celui sur lequel le papa des enfants travaillait depuis plusieurs jours.

Coût de revient : 10 euros. Nous avons recyclé une paire de chaises pour enfants Ikéa crevées pour bâtir la structure, vous voyez ? ;-)


Le produit fini est lourd, et donc très stable. Placé sur une petite table, il est d'une hauteur tout à fait idéale...


... et d'une taille respectable. Et bien oui, c'est qu'il y en a, du monde, à loger !! ;-)


Nous voulions un volume très ouvert, de façon à permettre un accès confortable pour le jeu...


... mais aussi de petites ouvertures rigolotes, qui donnent un visage à l'ensemble, crééent des passages, et favorisent la conception d'histoires secrètes.


Nous voulions enfin un objet durable, simple, esthétique et polyvalent (car cette "ferme" est en fait aussi bien une maison de poupées ou un garage...)...


... et devant la réalisation de mon mari, je me dis que ce sont encore les fabrications maison qui répondent le mieux à nos attentes ! :-)

Sous le sapin, il y eut donc beaucoup de paquets, de diverses provenances. Mais à aucun moment je n'ai senti mes enfants "noyés" sous le flot de cadeaux - et une fois les papiers et les boites remisés, cela ne semblait plus tant que cela, finalement. Chacun de ces cadeaux avait été soigneusement choisi ; nous en prendrons grand soin, et la plupart d'entre eux feront un profit de plusieurs années. Ce fut un très bon Noël !

Voilà. C'est fini, et les enfants s'attèlent à présent à la réalisation de cartes de voeux et de remerciement...


Et chez vous, qu'y eut-il, sous le sapin ? ;-)