vendredi 25 janvier 2013

Mises en paire : progression

(Je m'excuse du fait que cet article soit très peu - et fort mochement - illustré... Je suis toujours sans appareil photo potable... Dé-so-lée...)

Un des maîtres-mots de la pédagogie Montessori pourrait être "progressivité" : C'est grâce à une progression rigoureuse que l'éducateur permet à l'enfant d'isoler la difficulté, et donc de la traiter efficacement. Certains enfants vont passer très vite les étapes qu'on a dissociées pour eux, d'autres vont avoir besoin de temps pour intégrer chaque d'elle.

Le travail de mise en paire est un incontournable des activités montessoriennes. Il enrichit le vocabulaire, latéralise et participe à la coordination des gestes, développe l'acuité visuelle, ainsi que la pensée logique. C'est un exercice qui se situe donc à la frontière des deux grands domaines d'apprentissage que sont le langage et les mathématiques.

J'ai fait quelques recherches concernant la progression montessorienne qu'on propose à l'enfant dans ce travail de mise en paire. Il me semble qu'entre les 1 an et 3 ans de l'enfant, qu'on peut dégager 5 grandes étapes de difficultés graduelles dans la mise en oeuvre de ce petit travail.

1. La mise en paire d'objets identiques

La première marche consiste à faire apparier à l'enfant des objets réels, issus du quotidien, dont on dispose en double exemplaire. Les exemples ne manquent pas : fruits et légumes, chausssettes ou chaussures... Rien n'empêche de travailler sur une thématique (par exemple : les objets de la salle de bain) en proposant deux couches, deux gants de toilette, deux disques de coton, deux brosses à dent, etc. Pour faciliter la visualisation du problème par l'enfant, on peut disposer un exemplaire de chaque objet sur une table, et leur double sur une autre table, légèrement éloignée mais de façon à ce que l'enfant puisse embrasser les deux du regard.

Il parait que certains bébés y parviennent dès l'âge d'un an ! Essayez !! ;-)

2. La mise en paire objets réels/images

La deuxième étape consiste à mettre en paire des objets du quotidien avec une représentation réaliste. Ne vous mettez pas martel en tête si vous ne parvenez pas à trouver exactement LA photo qui représente VOTRE essoreuse à salade. Lorsqu'il parvient à faire cet exercice, l'enfant est capable d'accéder au concept, et donc de reconnaître le même objet sous différentes représentations. J'en avais parlé brièvement ici.

J'ai longuement proposé cette activité à Antonin, dont il était très demandeur à une époque, et je vous racontais tout à la fin de cet article-là.

3. La mise en paire de deux cartes identiques.

On avance dans l'abstraction : cette fois, il n'y a plus de référence à l'objet réel, mais on travaille uniquement avec des images. Dans un premier temps, il suffit d'imprimer en double n'importe quelles cartes de nomenclatures (la blogosphère montessorienne abonde de généreux partages !) et de les proposer à l'enfant. Je suis partisane, quant à moi, de toujours laisser l'enfant découvrir les cartes librement avant d'exiger de lui un quelconque travail dessus. Pour les petits, les images ont un pouvoir d'attraction fort et la joie de la découverte pourrait nuire à la concentration et à la poursuite de l'objectif. Lorsque l'enfant connait ses cartes (et les aime...), sélectionnez-en quelqu'unes pour lui proposer le petit jeu de mise en paire. Commencez modestement par 3 paires, et augmentez les quantités selon ce que vous observerez.

J'explique comment, très pratiquement, je procède avec Antonin ici.
J'ai néanmoins apporté depuis une légère modification : je ne propose plus les deux séries dans la même boite, enserrées par des élastiques, car cela suppose nécessairement que j'intervienne pour les ôter et les remettre. Je les place désormais dans deux bols (ou deux boites sans couvercles) et Antonin commence tout doucement à comprendre qu'il faut placer une série avant de s'intéresser à la deuxième et la faire correspondre. Ce fonctionnement lui permet mieux de construire son autonomie dans la mise en oeuvre du jeu.

4. La mise en paire de cartes analogues

Les choses continuent de se corser légèrement : on propose à l'enfant d'apparier des cartes qui représente bien le même objet (ou la même catégorie d'objets), mais les cartes ne sont plus identiques.

Prenons deux exemples (progressifs, d'ailleurs ! ;-) ) :

- Voici un petit jeu de cartes que j'ai fabriqué à partir d'un autre déniché sur le Net ; j'ai allégé un peu les images, en effaçant les légendes (inutiles, et d'ailleurs en anglais) et tous les petits boui-bouis qui allaient manger l'encre de mon imprimante pour rien. Si ces cartes finales vous intéressent, vous trouverez les liens pour les télécharger à la fin de l'article.


Ici, l'animal représenté est le même sur les deux cartes, mais l'enfant doit le reconnaître à partir de sa silhouette. La mise en oeuvre est identique à celle du stade précédent, ce qui permet à l'enfant de s'appuyer sur un déroulé connu.

- Voici un autre jeu, du commerce cette fois, offert à Antonin par sa Grand-tante. Les "cartes" sont de fins carrés de bois, et il s'agit d'apparier un animal à son petit. On fait donc un pas supplémentaire dans l'abstraction, puisque, s'il s'agit de la même espèce, il ne s'agit plus du même individu.

Deux bols au début du jeu : d'un côté les "Mamans",
de l'autre, les "Bébés...


5. La mise en paire de cartes différentes, mais associées dans un lien logique 

Je n'ai pas encore proposé cette étape à Antonin, mais je sais qu'il s'agira d'un jeu de ce type :


Source des images

Ah, les couleurs ! C'est une des grandes passions du Damoiseau depuis un petit moment déjà, et je vous en parlerai bientôt...

Bon, vous voyez l'idée ? Les cartes "vont ensemble", mais la première série représente des attributs (des couleurs), l'autre des objets... Il s'agit de faire coïncider deux images totalement différentes visuellement, mais qui sont unies dans un lien logique.

Ce dernier palier est déclinable à l'infini, et pour tous les âges, me semble-t-il : apparier un animal avec son type d'environnement, une feuille avec son arbre, un détail de pelage/plumage avec l'animal correspondant,... que sais-je ? ;-D

Racontez-moi vos jeux de mise en paire, je prends !!

Et voici les liens pour télécharger le jeu des silhouettes. Désolée, il faut télécharger chaque page séparément, je ne suis pas encore experte... Bientôt il s'agira d'un seul dossier, promis ! :-|

45 commentaires:

  1. Ce n'est pas tout à fait de la mise en paire au sens strict montessori mais il y a toutes les combinaisons et variation de jeux de lotos...
    Je pense aussi aux puzzles d’appariement de 2 pièces type "maman bébé" '( mais attention il y en a des très mal foutus...)
    Quant aux animaux ton exemple m'a fait pensé à un très bel outil chez à la douce ici:http://aladouce.blogspot.fr/2011/03/familles-danimaux.html
    mais tu dois déjà le connaitre! je pensais le proposer la semaine prochaine aux garçons...
    Pour le reste des tris j'ai l'impression que c'est devenu un peu facile pour eux et donc sans grand intérêt, ils les font et puis basta...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Clo !

      Oui, je voulais parler des jeux de loto dans l'article et j'ai oublié !! C'est exactement les mêmes compétences qui sont travaillées ! Il y a juste un petit détail qui change : dans un loto classique, on pose les deux images semblables l'une sur l'autre, et lors des mises en paires, on les pose l'autre à côté de l'autre. Cela permet un contrôle de l'erreur, parce que si l'image de référence est cachée, hein, forcément, on ne la voit plus ! ;)
      Je suis néanmoins très étonnée qu'Antonin fasse bien la distinction entre les deux types de jeux : quand il fait son petit loto, il place les image sur les planches, quand il fait des mises en paires, il les aligne (enfin, plus ou moins, mais l'intention y est...).

      Excellent cet outil de A la Douce ! Je l'avais repéré, effectivement, mais c'est bien trop difficile pour Antonin pour plein de raison. Par contre pour tes 3 ans, c'est super intéressant !

      Et les transvasements ? As-tu essayé de leur proposer des transvasements ? (Je suis trop curieuse, et j'aimerais trop être petite souris...). Si les tris lassent tes enfants, il se peut qu'ils prennent encore plaisir à verser, en plus ça détend !! Tu peux varier les matières (graines, maïs, semoule...), et puis tu peux varier les situations aussi : verser de l'eau dans des verres, verser de l'eau d'une théière dans une tasse, verser de l'eau d'un pot dans un autre...

      Bon, mais j'imagine que tu as pensé à tout ça...
      Rhôô j'aurai plein d'autres idées, mais je vais aller les mettre dans un commenrtaire sur ton blog... ;)

      Supprimer
  2. Le tri me fait toujours penser aux travaux de Britt-Mari Barth sur l'apprentissage de l'abstraction.
    En ce qui me concerne à la maison, toujours pour mes enfants un peu plus grands (3 et 5 ans), et sans aucun lien particulier avec la pédagogie Montessori, car je suis novice dans le domaine, ...
    Bref, je leur propose à partir des jeux de lotos ou d'imagiers du commerce de faire des paires (ou de trier) avec leurs propres critères.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Cibou !!
    Britt-Mari Barth, tu dis ? C'est incroyable, figure-toi que j'ai fait mon mémoire professionnel sur la conceptualisation chez l'enfant ! Alors, "L'apprentissage de l'abstraction", je l'ai lu je ne sais combien de fois (je n'avais pas grand chose d'autre à me mettre sous la dent sur le sujet, d'ailleurs...). Euh, mais c'est technique, quand même non ? Dans quelles circonstances l'as-tu lu ? J'ai du mal à l'imaginer sur ma table de chevet en "petite lecture du soir", mais c'est peut-être moi qui suis une grosse flemmarde (oh, oui.)

    Connais-tu l'excellent "Catégo" des éditions Hatier ? Ce que tu mets en place avec tes enfants me rappelle le type de jeu qu'on trouve dans ce fascicule...
    ;-)

    Merci de ton commentaire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bingo,

      oui j'utilise Catégo avec mes enfants depuis qu'ils sont petits pour servir d'imagiers et maintenant avec le plus grand pour la phonologie...

      Et Brit-Mari Barth, c'est pour le boulot, je suis instit'... enfin professeur des écoles comme on dit.


      Supprimer
  4. Ah une nouvelle progression ! J'avais beaucoup apprécié celle des puzzle (j'en fais souvent lien dans d'autres e-conversations comme ici : http://bebe-nature.forumactif.com/t23725-les-activites-d-eloise.
    Bon, tu verras que je n'ai ni ta prose ni ta technique photographique...

    Et des liens de téléchargement ! Me voilà comblée ...

    Pour le moment avec ma fille, c'est mise en paire figurines d'animaux/images et lotos. Le jeu avec les ombres me fait penser aux livres de Delebecque, les as-tu ? Ma fille les adore, je devrais lui présenter ton jeu.
    Mais j'allais aussi me lancer dans le loto fruits et légumes avec le fichier de chez 'a la douce' comme cité plus haut.

    Je ne peux que t'encourager à nous publier d'autres progressions !
    (Vieux réflexe d'instit'? ^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, oui ! Les livres de Delebecque sont tellement aimés ici, que j'ai pensé dans un premier temps construire ce jeu à partir du scan de leurs photographies... Bon, c'était quand même un peu compliqué, heureusement que j'ai trouvé cette alternative (ce ne sont pas des photos, mais les dessins sont réalistes, et l'avantage, c'est qu'ils sont sur fond blanc !!)
      ;-)

      Supprimer
  5. On est en plein dedans (grâce à toi d'ailleurs)
    Sinon sur un vide grenier, j'avais trouvé ce jeu en bois (à 1 euro!):
    "touche et trouve (loto des formes et des couleurs"
    Si ça vous intéresse, j'ai trouvé des images sur ce jeu en me baladant ici:
    http://lucieben.canalblog.com/archives/2011/08/11/21776745.html
    Je lui ai donné vers 20 mois (comme la petite fille Mara sur le site ci-dessus, d'ailleurs c'est la même ancienne version du jeu, et Anjali y joue de la même manière), Anjali ne pioche pas les formes, je place les plaquettes, et lui donne les formes l'une après l'autre en disant la forme et la couleur "la croix bleue", en articulant au mieux (du coup les couleurs sont rentrées toutes seules rapidement)
    ... Elle aime beaucoup, elle y joue maintenant toute seule, et je crois que ça l'a beaucoup aidée pour le jeu des ombres que tu présentes (et que tu lui as fait ;-))
    Plus tard, vers 3 ans, elle pourra y jouer en essayant de deviner la forme dans le sac, au toucher...
    Je pense lui imprimer des mamans/bébés dès demain! merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ouah, le super jeu !! Je suis jalouse !! ;-)
      Hyper sensoriel !! Il coûte une vingtaine d'euros sur amazon...

      Sinon, il ya le touché-trouvé de chez Haba que j'aime beaucoup, il prend en quelque sorte la relève de celui-là puisqu'il permet de travailler sur les tailles...
      ;-D

      Supprimer
    2. A la ludo on a emprunté un jeu djeco un loto tactile et on a tous adoré!! Il a vraiment l'air chouette celui proposé en commentaire!
      Ah et j'ai bien lu tes commentaires promis on s'appelle...

      Supprimer
  6. Bonjour !
    Super toutes ces idées de mises en paire ! :-)

    Si d'autres jeux de silhouettes vous tentent, j'en avais fabriqué pour mon bonhomme ici :
    http://petit-homme.over-blog.fr/article-reconnaitre-une-silhouette-83439013.html
    Et ici :
    http://petit-homme.over-blog.fr/article-silhouettes-encore-83864934.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhôô ! Bonjour Mamanlullaby ! Un grand merci pour ton message (qui va mériter que je fasse un édit à cet article, d'ailleurs) : je suis une très grande fan de ton blog, que j'ai vraiment découvert il n'y a pas si longtemps ! Ces articles m'avaient échappé, alors, merci !!
      Un gros bisous à ton Petit Homme... ;-)

      Supprimer
  7. Merci pour cette progression que je n'avais vue nulle part. Je comprends enfin pourquoi mon loulou qui a 16 mois se trompe souvent quand il s'agit de mettre une boule d'1 couleur (parmi 3)sur un support de la même couleur : et oui on a même pas commencée la mise en paires d'objets identiques !

    RépondreSupprimer
  8. Très intéressant comme progression! Je me rends compte en te lisant que mon loulou de 14 mois fait déjà beaucoup de choses! Il est passionné par les animaux de la ferme et quand je lui demande "où est la grenouille?" en lui montrant la page du livre sur la mare, il me montre la grenouille dessinée et puis, spontanément, file dans son bac à peluches chercher sa grenouille bouillotte et puis dans son petit bac avec les jouets de bain pour chercher sa grenouille cracheuse... Je vais donc "travailler" les comparaisons objets réels/images! :) Pareil pour les images analogues, il a bien saisi que le coq du livre 1 est un coq, comme l'est aussi le coq du livre 2, 3, 4... (oui, j'ai dévalisé les brocantes)Et il aime tous les étaler puis bien tous les montrer du doigt en essayant de vocaliser kak, kok, et surtout "krokiko" :) (oui je suis très fière de lui :) )

    RépondreSupprimer
  9. Super intéressant, je suis tomber sur votre article car ma fille de 13 mois vient de mettre par paires ses chaussures qui sont dans une corbeille en désordre ! Du coup je vais lui préparer une corbeille avec des pinces à linge, chaussettes, et légumes en tissus et la laisser faire ! Nous sommes restés un peu idiot car nous étions chacun occupé quand nous avons vu son nouveau jeu...

    Merci à vous en cas !

    RépondreSupprimer
  10. Encore mes interrogations à propos des mises en paires...

    Pour ma part je ne sais pas du tout où se situe Lucas concernant le travail de la mise en paire. (bon déjà, j'ai personnellement un soucis d'organisation qui fait que j'ai des difficultés à mettre en place un travail de progression, pauvre fiston, il la une mère très très très brouillonne, mais passons...)

    J'ai bien essayé des activités de mise en paire de 2 cartes identiques ou de 2 objets identiques. Bien qu'il semble apprécier me voir les lui présenter (en surjouant un peu comme tu l'avais conseillé), et me laisse terminer, lorsque c'est son tour, il fait une paire (pour me faire plaisir semble t-il) puis envoie tout valser purement et simplement. Et si je lui laisse l'activité à disposition il ne la regarde même pas.

    En revanche, il dit fréquemment "même" lorsqu'il voit 2 choses semblables. Et puis aussi, lorsqu'il choisit un pyjamas, il prend le haut qui va avec le bas sans se tromper (si les hauts et bas ont les mêmes motifs bien sûr...).

    Donc il reconnait les objets ou images mais il ne semble pas comprendre les consignes de mise en paire. J'imagine qu'il n'est pas prêt au niveau de la coordination des gestes et de la compréhension au niveau de l'enchaînement des différentes étapes ?

    Par exemple, pour la 1ere boite de couleurs, il cite le nom des couleurs mais ne semble pas du tout comprendre le principe de mettre les mêmes couleurs cote à cote, (il est plus préoccupé par le fait que les tablettes doivent être parfaitement alignées, et en général il me demande de les aligner). Et pour les lotos, il dit "même" mais on dirait que cela lui demande un gros efforts pour poser l'image sur le carton (et il le fait pour une image avant de tout envoyer valser)

    Et puis il y a aussi que s'asseoir devant une activité mise en paire ne semble pas l'intéresser le moins du monde... (même si c'est l'activité mise en paire haut/bas du pyjamas, c'est le flop.)
    D'ailleurs il se concentre rarement assis devant une activité, il est plus à mes côtés pour les tâches quotidiennes.

    Bon tout ça pour dire que je ne sais pas si je dois insister ou non. A vrai dire, un peu découragée par ses réactions (je sais je sais, pas de quoi être découragée, on suit le rythme de l'enfant, mais quand même :) j'ai arrêté de lui présenter des activités pour le moment, car il ne semble pas prêt et j'ai toujours le sentiment de forcer quelque chose. Du coup je me concentre sur l'aménagement de la maison puisqu'il préfère bouger et m'aider.

    En fait, j'ai des difficultés pour me situer dans son apprentissage, à ce stade là (il a 28 mois). Par exemple, il a appris toutes les couleurs absolument tout seul, sans même avoir eu le temps de me dire "tiens, si je lui faisais travailler les couleurs ?"... Alors, est- ce que c'est grave si je ne lui prépare pas d'activités de mise en paire et si je me contente de lui décrire le quotidien, de répondre à ses questions et de lui "disposer" des éléments variés dans son environnement ? Est-ce que la progression ne va pas se faire de la même façon ?
    En même temps j'ai l'impression que ce sont des questions inutiles : si ces activités ne l'intéresse pas pour le moment ben n'insistons pas... est-ce que c'est aussi simple que ça ?
    Ce qui me met mal à l'aise dans cette pédagogie c'est la difficulté pour les parents de savoir ou se situer, à quel moment agir et comment. Pour quelqu'un brouillonne comme moi ça devient presque anxiogène :) du coup je prends un peu de recul pour le moment, je me contente juste de le suivre avec attention quand il me prend la main.

    Voilà voilà pour les digressions existentielles (et brouillonnes) :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Émilie !

      Il me semble que le fait de nous décrire la situation t'a amené à la solution, non ? ;-)

      Je rappelle une fois de plus que la pédagogie Montessori s'adresse en fait à des enfants de 3 ans au moins. Et que de 3 à 6 ans, chaque enfant est libre de prendre ce qu'il veut, rien n'est imposé.

      Ton enfant n'accroche pas sur les mises en paire ? Arrête de lui en présenter et faites autre chose. Il y a tant d'autres choses à faire ! :-D
      Tu ressortiras un jeu de mise en paire dans trois mois, et tu verras où il en est par rapport à ça.

      Luca est dans une phase motrice ; en plus, on est au printemps, c'est une saison qui incite à bouger, pas à s'asseoir devant une activité ! Tu peux t'orienter du côté de la vie pratique, ça correspondra certainement mieux à son besoin du moment. Mais c'est exactement ce que tu dis que tu fais, donc nous sommes arrivées à la même conclusion.

      Je reprends tes questions :
      "Est- ce que c'est grave si je ne lui prépare pas d'activités de mise en paire ?"

      Ah non, ce n'est pas grave. Pas grave du tout. :-)

      Tu sais, les jeunes prof' comprennent en moins d'une année scolaire qu'il n'y a aucune méthode parfaite qui soit applicable à tous (non, non, pas même la méthode Montessori). Toi, en tant qu'adulte, tu as des balises dans la tête, en fonction desquelles tu proposes des choses. L'enfant dispose. Et même, par ses réactions, il va t'indiquer ce qui lui convient. Et ce sera quelque chose d'unique, qui n'aura pas été théorisé par aucun pédagogue.

      L'alternative que tu te proposes : "te contenter de lui décrire le quotidien, de répondre à ses questions et de lui "disposer" des éléments variés dans son environnement", est la meilleure qu'il soit ! :-)

      "Est-ce que la progression ne va pas se faire de la même façon ?" : oui, bien sûr, cela se fera simplement différemment. L'enrichissement du vocabulaire se fait aussi par le dialogue et les lectures, la latéralisation se construit dans les arts pla et à travers tous les aspects de la vie quotidienne, la pensée logique se muscle avec les puzzles et les jeux de construction...

      Encore une fois, si il n'y avait qu'une seule activité pour une seule compétence, enseigner serait très triste !! (Et on laisserait beaucoup d'enfants sur le côté...)

      Je te laisse le mot de la fin : "Si ces activités ne l'intéresse pas pour le moment ben n'insistons pas... est-ce que c'est aussi simple que ça ?".
      Si, c'est aussi simple que ça.

      (Enfin, pas toujours aussi simple pour l'adulte qui doit faire le deuil d'un enfant rêvé. Tu sais, j'en suis encore là avec mon Damoiseau qui refuse la tour rose !! J'apprends à le "lâcher avec ça"... On y reviendra plus tard !)
      :-)

      Supprimer
    2. Oui, c'est vrai, tu as raison de le rappeler, la pédagogie Montessori s'adresse à des enfants de 3 ans au moins !
      alors il faut se détendre :)
      Merci pour ta réponse.

      Supprimer
    3. Bonjour,
      Un an plus tard je me retrouve avec le même type de questionnement qu'Emilie, mais... inversé ! Mon garçon n'aime que les mises au paires d'animaux ! Et du coup, je commence un peu à sécher sur les possibilités de jeux ... ! (en fait, j'exagère, il aime aussi participer au ménage de la maison et toutes les activités d'extérieur : courir, arroser, jouer à "je vois un arbre, je vois un banc", dire bonjour aux voisins, patauger dans les flaques :D)

      Supprimer
    4. D'ailleurs je rebondis sur les mises aux paires pour poser une question sur les "paires de mots"(en fait, les homonymes !). A. a donc 17 mois, il dit quelques mots et quelques signes, mais remarque lorsque deux choses se disent de la même façon, même lorsqu'il ne sait pas prononcer ces mots. Par exemple, je dis "on va à la crèche" et il me montre une image de crèche de Noël en rigolant, ou quand je chante "le lion est mort ce soir" il me mordille ("mord"). Il me semble que c'est plus par amusement que par confusion. Qu'est-ce que je pourrais lui proposer dans ce sens ?

      Supprimer
    5. Mmm, les homonymes, hein ?

      Non, pas trop d'idées a priori... Je continue de réfléchir ! :-)

      Supprimer
  11. rho la la la la la la désolée du pavé !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton pavé est certes existentiel, mais certainement pas brouillon.
      Et les pavés sont les bienvenus dans les commentaires de ce blog ! ;-)

      (Moi-même, d'ailleurs, j'en écris pas mal, je me semble... :-/ )

      Supprimer
    2. Ah oui mais les tiens (de pavés) sont très demandés, tu es l'une de nos sources d'inspiration :) :)
      (et puis après tout, tu es chez toi... :)

      Supprimer
  12. Bonjour
    Mon commentaire n'a pas passé je voix. Je vais le réécrire ici
    Merci Emilie du descptif détaillée que j'ai lu avec grand intérêt (et oui, les pavés sont très demandés :))
    Je me retrouves dans ton cas mais en "pire" ! :) mon bébé de 23 mois ne semble pas "comprendre" le principe de mise en paire. Bon, je lui ai présenté l'activité 2 fois et il est pressé de jouer avec les objets de la mise en paire ! et donc j'arrête l'activité, lui dis que les objets ne sont pas fait pour ça, mais aussi, j'essaye de repérer les objets qui le "surstimulent" afin de ne plus les présenter dans les mises en paires futures (maintenant ce sont ses couches...)
    Je pense qu'il n'est pas encore prêt pour les présentations, mais je pense aussi que je ne "fais" bien.
    J'attend la réponse d'Elsa (ou d'autres lectrices) avec impatience et je me permets de rajouter une petite question sur la démarche de présentation de l'activité:
    Comment présenter l'activité au petit ? moi je présente le nom de l'objet et je le dispose silencieusement et lentement sur le tapis de travail. J'ai lu dans ton mail Emilie qu'il est bien de "surjouer" la présentation. Pouviez vous me dire comment ?

    Merci à vous toutes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée des fautes, je n'ai pas relu mon texte :-$

      Supprimer
    2. Bonsoir Hakima,

      A l'une de mes questions sur la façon de présenter l'activité de mise en paires de 2 cartes sur un autre article (du 19 janvier 2013, intitulé "Etagères de travail"), voici la réponse d'Elsa :

      "Oui, montre-lui le mode d'emploi, il ne faut pas hésiter. C'est ce qu'on appelle une "présentation" en langage montessorien.

      Commence par 4 cartes (2 paires) : suscite son intérêt (il ne faut pas hésiter à sur-jouer) : "Oh, regarde, qu'est-ce que c'est ? Oui, une vache !! Elle est belle ! Quel est le cri de la vache ? Et ça qu'est-ce que c'est ? Oui, un joli mouton !! Et ça ? Oh ! Encore une vache ! Regarde : vache et vache, ce sont les mêmes !" Tu places alors les cartes côte à côte. Laisse-lui un peu de temps pour observer le résultat (l'expression : "C'est joli, hein ?" incite généralement les enfants à observer le rendu) et mélange les cartes à nouveau : "Veux-tu retrouver les mêmes images ?""

      Et c'est vrai que depuis que je cherche à susciter son intérêt il est beaucoup plus attentif (même s'il ne recommence pas l'activité après la présentation...).

      Supprimer
    3. Bonjour Hakima !

      Tu me demandes "comment présenter l'activité au petit ?"
      Parles-tu d'une mise en paire ou d'une leçon en trois temps ?

      S'il s'agit d'une leçon en trois temps, je procède exactement comme toi : "présenter le nom de l'objet et le disposer silencieusement et lentement sur le tapis de travail.". S'il s'agit d'une mise en paire, j'incite l'enfant à s'exprimer un peu plus sur les objets à observer (cf. Le copié-collé dans le commentaire d'Émilie), mais cela n'est pas une obligation.

      En fait, tu fais à partir de ce que tu es, toi (perso, je suis trèèès verbale), en ayant quand même en tête qu'il vaut mieux en dire pas assez que trop.

      Tu fais aussi en fonction de l'enfant et de son état d'esprit au moment M : parfois, tu sens que si tu parles, tu va casser sa concentration naissante. Ou au contraire, tu le sens dispersé, et tu sens qu'il faut l'accompagner par la parole, susciter son intérêt en "surjouant" au début...

      C'est du feeling ! :-)

      Supprimer
    4. Il est vrai que c'est très compliqué de comprendre où en est l'enfant, je le vois avec ma poupinette de 27 mois. On a envie d'appliquer à la lettre les beaux principes de la méthode Montessori. Mais le fait est que, premièrement, c'est une pédagogie qui s'adresse, sur le papier, à des enfants d'au moins 3 ans. Et enfin, chaque enfant est différent

      Personnellement, je suis assez scolaire, j'ai envie de tout faire comme il faut. Mais voilà, je dois avant tout suivre ma fille. C'est très compliqué, je me rends compte que, dans l'éducation qu'on a reçu, nous, quand on était enfant, la parole de l'adulte primait en premier. C'est très difficile d'appliquer des principes éducatifs qu'on n'a pas connu : on a pas le mode d'emploi. Alors, quand on en trouve un et que ça marche pas, on pète les plombs ^^

      Pour prendre l'exemple de mise en paire, je ne savais pas où en était ma fille (je découvrais Montessori). A un moment, on l'a vu prendre les aimants de son tableau et les placer de façon parfaitement linéaire (horizontalement, verticalement, parallèlement, perpendiculairement ... tout ça à la fois quoi) et selon les couleurs de chaque aimant.

      J'étais soufflée. Puis, à un moment, elle est venue vers moi et m'a montré deux aimants avec un grand sourire. Il s'agissait de la lettre O et du chiffre 0. En soit, ce sont deux choses différentes, mais pour ma fille, les formes étaient les mêmes, ça lui suffisait. C'est ce genre d'instant où tu te dit que c'est le moment, parce que c'est un acte spontané de l'enfant.

      Je me suis servie de la progression proposée par Elsa, en commençant dès le départ. J'ai eu de la chance qu'elle ne cherchait pas à détourner les activités de mise en paire. Sans compter qu'on a fait qu'une ou deux mise en paire structurées d'objets identiques. Actuellement, je suis en train de lui fabriquer une mise en paire d'images à images.

      Mais il m'est arrivée, pour d'autres activités, que ma puce détourne. Je me suis donc adaptée. j'essaie de me servir de choses dont elle n'a pas l'habitude et, quand elle a finit, je les range hors de portée (surtout à cause de son petit frère). Ce qu'on utilise pour lancer l'activité est important. je lui ai fait une activité de tri de couleur avec des perles. Elle accepte de la faire là, mais elle ne l'aurait pas fait si ça avait été autre chose.

      D'ailleurs, l'activité des perles est un parfait exemple de mon adaptabilité de Montessori. Ma puce a eu droit à une vraie présentation. Elle a fait seule une fois, deux fois. Puis, par la suite, elle voulait l'activité, mais elle voulait que ça soit moi qui la fasse. Que faire, sachant que ça ne correspond pas à la théorie. Si j'essayais de ranger, elle pétait littéralement les plombs. Elle voulait cette activité, mais son manque de confiance en elle fait qu'elle ne veut pas faire elle-même.

      j'ai pas mal réfléchi et trouvé une solution qui nous convient. Au départ, je regarde si elle veut faire toute seule. Quand elle me demande, je m'installe à côté d'elle, je prends une des perles ... et je lui demandes où je la mets. Je ne choisis pas moi-même l'emplacement, je l'encourage à réfléchir par elle-même. Et ça marche assez bien.

      Alors oui, ce n'est pas du pur Montessori. Mais ma puce est encore jeune et manque cruellement de confiance en elle. Ca viendra plus tard, je ne m'inquiète plus de ça

      Supprimer
    5. Bonjour Kohanna
      Ta phrase me parle prondément "Alors, quand on en trouve un et que ça marche pas, on pète les plombs ^^"
      c'est exactement mon cas! en lisant vos réponses (celles d'Elsa et les tiennes), j'ai pu finalement conclure (et admettre) que mon bébé n'est pas encore prêt pour les mises en paire. Donc, je vais faire un dernier essai avec lui et si ça ne marche pas, j'oublie l'activité pour quelques mois.
      A bientôt

      Supprimer
    6. oh Elsa, j'ai voulu te répondre après ma réponse à Kohana, mais je ne retrouves plus le bouton "répondre" :-D
      Juste pour te remercier et dire que je note tout. Je reviens pour partager avec vous quand bébé me montrera des signes positifs pour les mises en paire. j'espère que ça ne tardera pas jusqu'à ses 6 ans !!! Et oui, mon fils est champion de la lenteur. Il fait tout très tard !

      Supprimer
    7. Kohana, j'ai opté pour la même solution que toi avec mon petit garçon qui est aussi très demandeur à ce qu'on fasse à sa place !
      Au début ça me contrariait un peu (beaucoup en fait, du coup, merci pour ton témoignage :) et puis je vois qu'il a besoin d'être très accompagné et de beaucoup observer avant de se lancer donc je lui demande de la même façon que toi de choisir un cube (où n'importe quel autre élément du moment) et de me dire ou il veut le poser, et s'il ne veut pas je lui dit : "un tour chacun" et en général ça marche.

      Et puis je me suis rendue compte aussi que ce n'était pas forcément un manque de confiance en lui de sa part mais plus (du moins je le crois) le fait de vouloir intéragir avec quelqu'un d'autre, du coup je prévois davantage de moments où je joue vraiment avec lui.

      En revanche, il y a un domaine où j'insiste beaucoup pour qu'il fasse tout seul : c'est le dessin.
      A la limite (si c'est vraiment la crise!), je dessine sur une feuille à part à côté de lui en lui disant qu'il fait son propre dessin et moi je fais le mien à côté.

      Hakima, le mien ne semble pas du tout préssé non plus ;)

      Supprimer
    8. Je vois que je suis pas la seule mdr.

      C'est vrai que c'est compliqué dans ces moment-là. Je me rends compte quand tant que mère hyper impliquée dans l'éducation de mes enfants, je dois posséder quelque chose d'essentiel : de l'imagination. Avant d'avoir lu Filiozat (et de l'avoir associée à Montessori), je n'aurais pas cherché et j'aurais abandonné.

      Ca me fait tilter ce dont tu parlais pour ton fils et son besoin d'interagir. Ma puce est très fusionnelle avec moi, dès que je suis là, elle veut toujours être près de moi. Cette demande est sans aucun doute présente même lors d'activités structurées. J'y avais pas pensé sur le coup, alors que ça coule de source

      Supprimer
    9. Emilie, on créé un club de la lenteur ? ;-)
      Kohana, Je note Filiozat pour une prochaine lecture, merci pour le partage!

      Supprimer
    10. HOPOPOPOPOP !

      Alors, les filles, qu'est-ce que j'entends ? :-)

      "Mon fils est champion de la lenteur, il fait tout très tard" ???

      "Le mien ne semble pas pressé non plus" ????

      ... et autres "club de la lenteur" ???

      Alors, première leçon pour devenir une Maman Montessori : on oublie les normes, les "en avance" et les "en retard", les "lents" et les "rapides", les matheux" et les "littéraires", etc., etc., etc.

      Et pas pour me faire plaisir, hein, mais vraiment, même si ce "déracinement" de mauvaise habitude vous prend plusieurs années.

      Prenez garde à ne pas enfermer vos enfants dans des étiquettes dont ils ne pourront plus sortir !!!

      Il n'y a pas de précocité ou de retard lorsqu'on parle d'un enfant !! Cela n'existe pas !! Ce qui existe, c'est le rythme propre de votre enfant, c'est la seule réalité vraie, qui n'est à mesurer à l'aulne d'aucune pseudo norme !!

      Et souvenez-vous toujours, lorsque vous flanchez : Einstein a commencé à parler à 3 ans passé. C'était un cancre tout au long de sa scolarité. Jamais ses parents n'ont proféré de jugement sur cet état de fait... et c'est ce qui lui a permis de devenir ce qu'il a été, et qui était en germe depuis le début, bien sûr !!

      Alors, LENT, Einstein ??? ;-)

      Supprimer
    11. Ah oui, tu as tout à fait raison ! J'ai voulu décompresser un peu en parlant du club de lenteur :-D mais c'est vrai, la beauté de Montessori est de considérer chacun comme un être UNIQUE, ce qui permet aux parents de rester zen aussi :)
      Mais non, mon bébé n'est pas lent partout j'avoue, il s'est retourné très tôt, il a dit "mama" à cinq moi et demi et maintenant c'est un grand observateur: Il regarde tous les détails tout le temps. Je pense qu'il me ressemble: je ne parle pas beaucoup mais je parle au beaucoup "dans ma tête" :-D
      Merci Elsa du rappel !

      Supprimer
    12. Ouille ouille ouille ! le rappel à l'ordre :)
      Oui oui oui, tu as raison bien sûr...
      le "il ne semble pas pressé" n'était pas négatif non plus, il a aussi besoin d'observer avant de passer à l'action et je trouve cela vraiment positif (bien qu'en société, j'avoue, ça me met un peu la pression de ne pas le voir réagir face aux interpellations des autres, mais je sais que le travail à faire est seulement sur moi !!!)
      Se souvenir d'Einstein :)

      Supprimer
    13. Je suis sûr que ça n'était pas négatif !!
      :-)

      Dans ton portrait de ton enfant, je retrouve mon Damoiseau (enfin, le ressenti que j'ai de lui... surtout quand quelqu'un nous regarde...)

      Ça te rassure ? :-D

      Supprimer
    14. Ben oui, c'est bête mais ça me rassure :) (surtout qu'il est admirable ton Damoiseau ;) parce que je me suis laissée enfermer dans la case TIMIDE depuis toujours alors forcément quand on voit mon fils on me regarde en me disant "c'est pas étonnant qu'il soit comme ça..." (alors forcément on culpabilise...) Mais du coup je fais très attention à corriger la personne qui le qualifie de "timide" en répondant "il a juste besoin d'un peu de temps" (en réprimant le désir illégitime qui monte en moi de dire à Lucas "mais réagis non de Zeus ! Montre leur autre chose !")

      Supprimer
  13. Bonjour a toutes les deux,
    je me permets d intervenir dans votre discussion car vos angoisses m interpellent et me font reflechir. Je pense qu il faut garder tout le temps a l esprit le plaisir. ( en tout cas c est comme ca que je fonctionne avec mes eleves, je susi prof de maths). il faut a mon sens , rester dans le plaisir, PLAISIR DE TRANSMETTRE UN SAVOIR et pour l enfant plaisir de le recevoir. Ma fille est un peu plus jeune alors peut être que je serais aussi stressée que vous dans peu de temps, mais pensez à tous les enfants qui n ont pas la chance d avoir des parents qui s interrogent, qui partagent une activité, alors forcement ce que vous faites est forcement bien, c est du bonus, du plaisir, laissez de côté vos pétages de plombs ;) Bonne continuation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Aurélie,
      "Plaisir de transmettre un savoir", je tâcherai de garder ça bien présent dans mon esprit à l'avenir !!
      Merci pour ton intervention :)

      Supprimer
    2. Oui, je pense que c'est essentiel le plaisir :-) je garderai ça en tête aussi
      Merci :)

      Supprimer
  14. Bonjour Elsa ! Je connais ton blog depuis un moment maintenant et je viens seulement de lire cet article ! Bref, comme tu te dis preneuse de jeux de mise en paire, si ça te dis j'en ai fait un récemment sur le thème des musiciens de l'orchestre. http://desetoilesdanssesyeux.wordpress.com/2014/08/26/musiciens-et-instruments/
    Merci pour les tiens, je vais les télécharger. Et merci pour tes super articles qui nourrissent les journées avec ma fille de 3 ans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Super, ton jeu de mises en paire, Desétoilesdanssesyeux !
      Je le détéchargerai sans doute un jour de pluie prochain ! Merci ! :-)

      Supprimer